• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Faire un don

Louis Becquey

Informations biographiques

Nom: Louis Becquey
Nom complet: François Louis Becquey de Beaupré
Né(e) en 1760 à , Marne (51), Grand-Est, France, Europe
Décédé(e) le 2 mai 1849 à , Ile-de-France, France, Europe
Oncle de
1791

Membre de l'Assemblée législative.

1810

Conseiller de l'Université.

1814

Directeur général du commerce.

1815

Député de la Haute-Marne.

1817 - 1830

Directeur général des ponts et chaussées. Il succède Trudaine et de Chaumont de la Millière, ainsi que le comte Molé à la tête de l'administration des ponts et chaussées et des mines.

5 août 1821 et 14 août 1822

Louis Becquey promulgue les lois qui portent son nom, et qui lancent un programme de modernisation et d'extension du réseau navigable, programme connu aujourd'hui sous le nom de "Plan Becquey". Sur le plan technique, le "Plan Becquey" comporte deux volets principaux:

  1. l'extension du réseau navigable par la création de nouvelles voies
  2. la modernisation du réseau existant et la standardisation de l'ensemble sur un gabarit minimum unique, le "gabarit Becquey" suivant : longueur utile : 30,40 m, largeur utile : 5,20 m, mouillage : 1,60 m (d'où tirant d'eau admis : 1,20 m à 1,30 m), hauteur libre sous ouvrages : 3 m.
Les anciens canaux construits selon des normes inférieures seront remaniés entièrement. Ceci concerne ceux de Briare, d'Orléans et du Centre essentiellement. Certains cependant ne seront pas concernés par ces mesures, comme celui de Givors (ouvert en 1780), ceux de Bretagne, alors sur le point d'être achevés, ou celui de Berry, en chantier, mais que des raisons techniques et économiques ont fait établir sur un gabarit moindre. Le canal du Midi est déjà, lui, à un gabarit légèrement supérieur. Les mesures financières d'accompagnement de ce plan sont originales, mèlant emprunt et concession. L'Etat, à la fois maître d'oeuvre et d'ouvrage, finance les travaux en empruntant à des compagnies financières créées à cet effet, qui perçoivent des intérêts sur les capitaux avancés. A terme (50 ou 99 ans), les compagnies sont concessionnaires des voies qu'elles ont financées. Elles les entretiennent alors, et perçoivent la majeure partie des revenus. L'Etat s'engageant lui-même, les risques pour ces compagnies concessionnaires sont réduits au minimum. Selon L.J. Gras ("le Forez et le Jarez navigables", 1930) "jamais époque ne fut plus favorable que la restauration à la construction des voies navigables". De fait, ce sont quleques milliers de kilomètres nouveaux de voies navigables qui naîtront du PLan Becquey, naissances étalées sur quelques décennies de travaux. En ce sens, l'oeuvre de Becquey est bien plus considérable que celle de Freycinet qui l'éclipsera pourtant à la fin du XIXe siècle avec un plan très inspiré de Becquey. On doit au "Plan Becquey" la plupart des grands canaux latéraux (Loire, Garonne, Somme, etc.), plusieurs nouveaux canaux de jonction (Rhône-Rhin, Marne-Rhin, etc.), la canalisation des rivières angevines (Sarthe, Mayenne, Oudon) et la modernisation de celles de l'Occitanie (Lot, Dordogne, Drot, Tarn, Baïse), l'achèvement de grands canaux de jonction (Bourgogne, Nivernais, Berry, Bretagne, etc.) L'oeuvre de Becquey, dans le domaine des voies navigables, sera cependant contrecarrée par l'arrivée, dès 1827, du chemin de fer qui se montrera rapidement très agressif.

Ouvrages et projets

Publicité

Liens pertinents

  • Informations
    sur cette fiche
  • Person-ID
    1003361
  • Création
    18.03.2004
  • Modification
    22.07.2014