• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Faire un don

Hugues Cosnier

Informations biographiques

Nom: Hugues Cosnier
Né(e) en 1573 à , Indre-et-Loire (37), Centre-Val de Loire, France, Europe
Décédé(e) en 1629 à , Ile-de-France, France, Europe

Notes & remarques

Le nom de Cosnier reste attaché à la construction du canal de Briare (de Briare, sur la Loire, à Montargis, sur le Loing), première application connue du principe du canal à bief de partage élaboré en théorie par Adam de Craponne quelques 50 ou 60 ans plus tôt. Cosnier n'est pas un inventeur à proprement parler, mais son génie consiste à avoir su synthétiser toutes les connaissances d'alors dans le domaine de l'hydraulogie appliquée à la navigation. Le chantier du canal de Briare lui est adjugé en janvier 1604, et les travaux commencent en juin de l'année suivante. Entre-temps, il a modifié le tracé du projet, et a proposé des écluses en maçonnerie plutôt qu'en charpente, trop fragiles à ses yeux. Tout au long du chantier, il va innover et trouver des solutions adaptées aux problèmes qui se posent à lui. Le dessin actuel du canal est encore révélateur de ses orientations et éventuels changements d'option. Il commence à partir de la Loire, à Briare, et emprunte la vallée et très souvent le lit de la Trézée, que le canal ne quitte finalement qu'à Moulin-Neuf pour se hisser sur les plateaux de la Gazonne. Mais quand il arrive de l'autre côté, dans le Loing à Rogny, il a constaté qu'emprunter le lit-même d'une rivière n'est pas sans inconvénient, et il perchera désormais son canal à flanc de coteau, hors d'atteinte des crues dévstatrices de la rivière, ne gardant avec elle que trois points de contacts : à Rogny et à Châtillon-Coligny, où ils se croisent, et à Montargis où le canal s'épanche finalement dans le Loing. Il préconise aussi, pour les écluses, leur remplissage et leur vidange par des aqueducs passant dans les maçonneries, bien plus pratiques (mais aussi plus chers) que les ventelles ordinaires en bas des vantaux des portes. Autre innovation, et pas des moindres : l'écluse multiple. La conception de Cosnier était de diviser le canal en biefs aussi longs que possible, terminés par des ouvrages qui permettraient de franchir un haut dénivelé d'un seul coup. Ainsi est née l'idée de l'écluse multiple, qui comporte plusieurs sas successifs, et dont le prototype se trouve à Rogny-les-7-Ecluses (Yonne), où un ouvrage comprenant 7 sas (et donc seulement 8 portes au lieu de 14) rachète une chute de près de 24 m (Attention ! Les chiffres de 30, 34 et même 38 m sont parfois encore avancés pour cette chute dans des publications qui se veulent pourtant sérieuses : ils sont parfaitement fantaisistes et irréalistes). Cosnier a aussi établi un vaste système d'alimentation de son canal, multipliant les captages sur les rivières Trézée, Bourdon, Loing, et les nombreux étangs du plateau de la Puisaye. A vrai dire, il a même commencé par là en acquérant lui-même plusieurs de ces étangs, avant même que le chantier lui soit adjugé : son frère Emilien était seigneur de Belleau, non loin de Briare, et gendre de Claude de Chaumigny, seigneur de Briare. En 1610, Henri IV est assassiné et le chantier est arrêté un an après, alors qu'il ne reste qu'une dizaine de kilomètres à construire jusqu'à Montargis. Cosnier tente de reprendre le travail avec l'aide et le soutien de l'ami de Richelieu, le Marquis Antoine Coeffier de Ruzé d'Effiat, en 1628. Malheureusement Cosnier meurt l'année suivante, et le marquis en 1632. L'ouvrage sera repris en 1635 et mené à bien par la compagnie de Seigneurs du Canal de Loyre en Seyne, fondée par Guillaume et François Boutheroue, et Jacques Guyon. Le canal de Briare sera ouvert en septembre 1642. Entre-temps, dans les premières années du XVIIe siècle, Cosnier a ouvert de petits canaux ailleurs, comme en amont de Reims, sur 6 km aujourd'hui intégrés dans l'actuel canal de la Marne à l'Aisne, ainsi que du côté de Saint-Amand-Montrond, en Berry, préfigurant le futur canal de Berry. Il a aussi travaillé sur ce qui deviendrait les canaux Saint-Martin et Saint-Denis à Paris. Cosnier, dont on connaît mal la personnalité, et pas du tout le visage, apparaît à travers ses écrits et ses actes comme un homme de décision, volontaire et opiniatre, très en avance sur son époque. Les grands ingénieurs des canaux qui le suivront lui doivent beaucoup, à commencer par Riquet de Bonrepos qui s'en est beaucoup inspiré pour concevoir son canal du Midi.

Ouvrages et projets

Participation dans les ouvrages et projets suivants:

concepteur

Publicité

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Person-ID
    1001421
  • Création
    15.02.2002
  • Modification
    22.07.2014