• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Emile Belin

Informations biographiques

Nom: Emile Belin
Né(e) en 1800 à , Ile-de-France, France, Europe
Décédé(e) en 1887
9 mars 1800

Naissance à Paris d'Emile-Fulcrand Belin d'une famille originaire de l'Orléanais.

1818

Il entre à l'École Polytechnique.

1820

École des Ponts et Chaussées.

1823 - 1825

Ingénieur aspirant affecté à Aurillac.

1824

Ingénieur des Ponts et chaussées.

1825 - 1838

Il est attaché au service du canal de la Loire à Decize où il va rencontrer une équipe d'ingénieurs remarquables: l'ingénieur en chef Vigoureux, les ingénieurs Jullien, Talabot, Didion.

29 mai 1827

Loi sur la création du canal de Roanne à Digoin.

11 octobre 1830

Ordonnance royale sur la concession du canal de Roanne à Digoin à une Compagnie industrielle.
Celle-ci obtient le concours d'Emile Belin. Il devient ingénieur en chef des travaux en résidence à Roanne.

20 octobre 1830

Sa belle-famille le pressant de s'installer dans l'Allier où un poste d'ingénieur s'est trouvé vacant, il fait la demande. Il est nommé ingénieur ordinaire à Moulins mais reste attaché au canal latéral à la Loire.

1 novembre 1832

Il est nommé membre du Conseil d'exécution de la Compagnie du canal de Roanne à Digoin.

après 1835

En même temps que son travail pour le canal latéral, il est sollicité pour la réalisation de plusieurs ponts suspendus en concession: ponts de Chambilly, du Fourneau, de Decize sur la Loire, de Cazal sur le Pô et pont de la Caille près d'Annecy.

17 septembre 1835

Il est nommé ingénieur de 1ère classe.

1838

Fin de la construction du canal de Roanne à Digoin qui est mis en service avec le canal latéral à la Loire.
A Avrilly où la stabilité du coteau menaçait si on le terrassait, il fait passer le canal dans le lit du fleuve. Il reprendra cette solution sur le canal latéral à la Garonne.

30 mai 1838

Belin envoie un rapport à Legrand, Directeur général des Ponts et Chaussées et des Mines sur le tracé et les moyens d'alimentation d'un canal à point de partage reliant la Loire au Rhône par Saint-Etienne qu'il lui avait demandé.
Il lui fait part de son souhait de revenir dans l'Administration le 1er juillet 1838. Legrand lui donne son accord par la lettre du 7 juin 1838.

3 juillet 1838

La loi décide de la réalisation du canal latéral à la Garonne.
Le directeur général des Ponts et chaussées Legrand demande à Emile Belin, qui vient de terminer le pont de la Caille, de diriger la construction du canal.
A la même époque, Baude lui propose la direction de la construction du chemin de fer de Paris au Havre.
Il choisit la construction du canal. Legrand lui écrit:
"Je saisis avec empressement, monsieur, cette occasion de vous remercier d'avoir préféré le service du canal latéral à celui du chemin de fer du Havre. Vous avez donné en cette circonstance la preuve d'un noble désintéressement dont je chercherai toujours à vous tenir compte".
Les travaux comprennent les ouvrages remarquables suivants:
- prise d'eau de Toulouse,
- écluses avec dérivation latérale,
- canal dans le lit du fleuve pour éviter des côteaux ébouleux,
- fondation du pont-canal de Cacor.

10 juin 1839

Inauguration du pont de la Caille de 182 m de portée que Belin a conçu.

1842 - 1847

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, chargé des études de Bordeaux-Sète.
Cela lui a valu des témoignages de satisfaction du Conseil général des Ponts et chaussées.
En 1846, l'ingénieur Job fut désigné pour la réalisation des travaux, mais la crise financière de 1847 va entraîner l'impossibilité pour la Compagnie de faire face à ses engagements et fut déclarée déchue.

septembre 1847 - 1848

Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, affecté aux travaux de raccordement des voies ferrées dans Lyon.

février 1848

Journées révolutionnaires à Paris. Elles désorganisent les travaux à Lyon. Les ateliers nationaux qui furent créer après pour donner du travail aux chômeurs se révélèrent un échec.

après mars 1848

Inspecteur divisionnaire, il est chargé de présider une commission devant étudier les mesures à prendre pour éviter les inondations dans les bassins de la Loire et du Rhône.

30 avril 1850

Inspecteur divisionnaire des ponts et chaussées chargé de la septième inspection chargé des départements entre la rive gauche du Rhône et l'Italie et à partir du Vaucluse, de la navigation du Rhône depuis la Durance jusqu'à la mer et du chemin de fer de la sortie de Lyon à Marseille.

19 juillet 1856 - 1862

A la suite des crues exceptionnelles des grands fleuves, la lettre impériale le met à la tête du service des «Etudes et Travaux à exécuter dans le bassin du Rhône, à effet d'en améliorer le régime et de prévenir les inondations".
Il transmet un rapport le 30 novembre 1862 qui a été publié par l'administration.
On lui demande son avis sur un rapport rédigé à la suite de la décision ministérielle du 23 octobre 1856 de faire étudier la possibilité évoquée par l'Inspecteur général Vallée en 1843 «d'utiliser le lac Léman comme un réservoir, au moyen d'un grand barrage à son extrémité aval, dans le double but de modérer les crues du Rhône et d'améliorer sa navigation".

12 janvier 1861

Nommé inspecteur général de 1ère classe.

13 août 1864

Commandeur de la Légion d'honneur.

9 mars 1870

Mis à la retraite.

1 mai 1887

Mort d'Emile Belin dans son domaine de Saint-Etienne dans l'Allier.

Ouvrages et projets

Participation dans les ouvrages et projets suivants:

concepteur
ingénieur-en-chef

Publicité

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Person-ID
    1001401
  • Création
    12.02.2002
  • Modification
    22.07.2014