• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Faire un don

Pont suspendu du Bono

Informations générales

Achèvement: 1868
Etat: en service

Type de construction

Structure: Pont suspendu
Fonction / utilisation: Pont routier (pont-route)

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Franchit le/la:
  • Bono
A côté de: Pont de Kernours (1969)
Coordonnées: 47° 38' 27.11" N    2° 57' 12.40" W
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

longueur totale 95.95 m
longueurs des travées 13.80 m - 68.22 m - 13.93 m
gabarit 7 m

Remarques

C'est au cours d'une séance du conseil municipal de la ville d'Auray, le 25 août 1835 qu'est soumis au conseil le plan accompagné d'un devis estimatif, d'un pont suspendu à construire sur le confluent du ruisseau dit du Bono avec la rivière d'Auray, dressé par M. Laurent, ingénieur des Ponts et Chaussées. Le montant des travaux s'élevant à la somme de 22.000 F, apparaît au conseil peu élevé en raison des avantages que procurerait à la ville, l'établissement d'une communication aisée sur ce point de passage fréquenté journellement par un grand nombre de personnes des communes environnantes pour se rendre aux foires et marchés d'AURAY (le passage se faisait alors à l'aide d'un chaland).
Approuvé par ordonnance royale de Sa Majesté Louis Philippe, le 22 mai 1837, l'établissement d'un pont est mis en adjudication. Le 30 décembre 1838, concession en est faite pour une durée de 98 ans, au Sieur Le Pontois, moyennant la perception d'un droit de passage et le versement d'une subvention de 10.000 F. Après avoir subit une demi-épreuve de charge, l'ouvrage en bois est béni et livré au public, le 1er octobre 1840.
Afin de palier aux effets néfastes du temps, de nombreuses réparations lui sont prodiguées entre 1859 et 1863. Mais, le sort s'acharne sur ce pont, les 3 et 4 décembre 1865, lorsque de violentes tempêtes mettent à mal la solidité de celui-ci, contraignant à y interdire la circulation. En réponse aux demandes formulées par le Sieur Laurent (représentant des actionnaires) et suite à l'accord du Conseil Général du Morbihan, le pont est mis sous séquestre l'année suivante.

En 1867, après quelques travaux de réfection et une mise à l'épreuve à l'aide d'un tombereau de 3.100 kg, la circulation est rétablie de façon restreinte. Mais, dès le mois de janvier 1869, la circulation des voitures et des bestiaux y est de nouveau interdite et le nombre de piétons limité à cinq.

Quelques mois plus tard, est soumis le plan d'un ouvrage en pierre, en remplacement du pont suspendu. Ce projet trop onéreux est bien vite oublié et, avec la mise en adjudication de la reconstruction des galeries d'amarres et de la suspension, respectivement les 1er mai 1869 et 16 février 1870, une refonte totale est entamée.
Les travaux entrepris consistent en:

  • la transformation du système d'amarrage en renforcement des câbles actuels;
  • la reconstruction de la travée suspendue et des deux travées fixes qui donnent accès à la première à l'aide de poutres et poutrelles en acier;
  • l'établissement de contre-câbles sous le tablier de la travée suspendue;
  • la mise en place de 2 passerelles entre les piliers et de campaniles au-dessus de ceux-ci, en protection des câbles;
  • le passage des câbles de 360 à 700 fils de fer. Les fils de fer proviennent des forges de la Rivière près de Limoges (Haute-Vienne).

Ces travaux nécessitent la suspension du passage durant 18 mois.
En 1925, durant les mois de juin, juillet et août, on procède à de nouvelles réparations: remplacement du câble unique et addition de 2 câbles de suspension et de retenue, de 2 sous-longrines sous les poutrelles du tablier, renforcement de celles-ci par des tirants sous-tendeurs et remplacement des anciens garde-corps par des garde-corps rigides. Ces travaux sont effectués par le Cabinet Ferdinand Arnodin.

Aujourd'hui, cet ouvrage qui existe depuis plus d'un siècle et arches est l'un des derniers représentants de ce type de construction en France et, à ce titre, est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques. La commune qui en a la charge, souhaite réunir les fonds nécessaires à la remise en état de ce patrimoine historique, symbole incontournable du village du Bono. [Texte soumis par Frederic Bourhis]

Publicité

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20003014
  • Création
    12.02.2002
  • Modification
    22.02.2017