• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Faire un don

Pont Camille de Hogues

Informations générales

Autre nom(s): Pont de la Manufacture
Début des travaux: 1899
Achèvement: septembre 1900
Etat: en service

Type de construction

Structure: Pont en arc
Fonction / utilisation: Pont routier (pont-route)
Matériau: Pont en béton armé

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Franchit le/la:
  • Vienne
Coordonnées: 46° 48' 49.42" N    0° 32' 14.86" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Dimensions

portée principale 50 m
longueur totale des travées adjacentes 2 × 40 m
longueur totale 144 m
nombre de travées 3
arcs hauteur de l'arc 4.0 m / 4.8 m / 4.0 m
tablier largeur de la poutre 8.0 m

Matériaux

tablier béton armé
arcs béton armé

Chronologie

1896
- 1907

Camille de Hogues est maire de Châtellerault.
Il prend l'initiative de faire construire le premier grand pont en béton armé (système Hennebique).

août 1899

Les fondations sont commencées.

29 mars 1900
- 5 avril 1900

Essais de charge

5 novembre 1900

Le gros oeuvre est terminé.

15 décembre 1900

Décintrement est effectué.

2002

Le pont est classé à l'Inventaire des Monuments Historiques.

2003
- 2005

Travaux de restauration du pont en trois tranches.
Travaux de la première tranche.

Des problèmes de corrosion d'armatures sont apparus, dus à un défaut d'enrobage entraînant une pénétration de dioxyde de carbone.
Le béton a été réalcanisé par le procédé Novbeton de la société Renofors.
Ce procédé permet de rendre sa stabilité à la structure en faisant remonter le pH du béton à 9,5 et en protégeant par réaction chimique les armatures par formation d'un oxyde de potassium, tout en conservant l'aspect originel. C'est un procédé électrochimique.

La mise en oeuvre de ce procédé comporte plusieurs étapes:
- préparation du support: vérification et analyse de l'état du béton, contrôle de la continuité électrique des armatures dans le béton et rétablissement quand c'est nécessaire,
- purge des bétons carbonatés non adhérents,
- mise en place de connecteurs sur les armatures de l'ouvrage,
- mise en place d'un mortier hydraulique de réparation dans les zones dégradées pour éviter tout risque de court-circuit pendant le traitement électrochimique,
- mise en place d'un treillis soudé à une distance de 2 cm sur tout le parement du pont. Ce treillis est relié aux connecteurs placés sur les armatures du pont. Le treillis est alors enveloppé d'une couche d'environ 4 cm de pâte à papier. Cette pâte sert de réservoir à l'électrolyte composé de carbonate de potassium,
- mise en place, d'un bornier relié aux raccords électrique. La méthode consiste alors à imposer une différence de potentiel pour faire migrer la molécule de la couche de pâte à papier vers le béton et les armatures,
- contrôle pour vérifier la profondeur de réalcanisation du béton. Le traitement dure environ deux semaines.
- dépose des différents matériaux et matériels utilisés,
- finitions de maçonnerie. On cherche à obtenir la même teinte des enduits que celle du béton ancien.

2008

Début des travaux de la troisième tranche de restauration du pont.

Publicité

Intervenants

Conception
Construction

Sites Internet pertinents

Aucun lien pertinent n'a été répertorié pour l'instant.

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20000489
  • Création
    13.11.1999
  • Modification
    05.02.2016