• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Moshi Moshi Sushi Bar

Informations générales

Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Restaurant

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , , , ,
Adresse: Bartholomew Square
Coordonnées: 50° 49' 14.00" N    0° 8' 27.00" W
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Coût

coût de construction Livres sterling 250 000

Produits, services et reportages

Par un procédé mécanique, chimique et thermique spécialement développé par KME, les feuilles de cuivre TECU® reçoivent industriellement une patine ...

[plus]

Remarques

dRMM, jeune cabinet d'architecture londonien à la veine créatrice, a transformé à Brighton, ancienne station thermale mondaine située sur la côte sud de l'Angleterre et résidence d'été de la famille royale, un pavillon néo-victorien en un sushi-bar de conception architecturale japonaise. Cette composition ingénieuse alliant l'espace, la lumière et la matière prête une nouvelle dimension au langage architectural du paysage urbain de Brighton - langage convenant parfaitement à un lieu qui reprend vie, qui a connu ces dernières années un essor insoupçonné et que l'on considère souvent aujourd'hui comme "l'extrême quartier sud de Londres".

Les architectes Alex de Rijke, Philip Marsh et Sadie Morgan ont fondé le cabinet dRMM en 1996. Dans un premier temps, des commandes portant sur des agrandissements, transformations et constructions nouvelles n'ont cessé de faire croître l'entreprise; les nombreux prix obtenus à divers concours ont forgé sa renommée. Dans le cadre de son expansion, le cabinet a investi de façon déterminante dans les moyens informatiques et la formation requise de leurs collaborateurs. En 2000, dRMM a réalisé l'école Kingsdale de Londres pour 9 millions de livres sterling; par ailleurs, il a transformé dans la même ville le Watney Market pour 7 millions de livres. Selon la vision des architectes, l'assemblage soigneux d'éléments architecturaux standard et préfabriqués pour former un tout au caractère exceptionnel constitue le point de départ de leur travail. Cette stratégie contribue à faire baisser les coûts et à garantir un haut niveau qualitatif - méthode brillamment transposée dans la réalisation du sushi-bar de Brighton.

En ayant recours au "Sushi-Catwalks", concept qui remporte maintenant un vif succès et selon lequel une bande convoyeuse achemine directement à la place du client les plats préparés dans le restaurant, le commanditaire du sushi-bar de Brighton s'est déjà fait un nom par ses trois restaurants londoniens. A Brighton, l'aménagement de la filiale du Bartholomew Square exigeait, pour transformer le pavillon existant, de faire appel à une solution innovante. Le maître d'ouvrage attendait d'elle qu'elle exprime le mode de vie japonais tout en présentant une très grande qualité qui ferait écho à l'espace public et contribuerait à son animation.

L'accès au Bartholomew Square est marqué par la salle des fêtes construite dans le style néoclassique de Thomas Cooper entre 1830 et 1832. Le périmètre restant de la place est délimité par des bâtiments administratifs érigés dans les années quatre-vingt et par un hôtel dont l'immeuble s'interpose entre la mer et la place. Le pavillon néo-victorien octogonal à toit en coupole, élevé lui aussi dans les années quatre-vingt au centre de la place, apporte un élément de gaieté avec sa toiture en cuivre.

La salle des fêtes à colonnade de Cooper ainsi que les ruelles tortueuses qui y mènent - les Brighton Lanes - forment le contexte architectonique de l'oeuvre résolument moderne conçue par dRMM. Avec ses cours et maisons de pêcheurs d'autrefois comme signes distinctifs, les Lanes sont devenues un attrait touristique jalonné de pubs, restaurants et magasins d'antiquités. Les architectes décidèrent de masquer le cadre octogonal pré-existant du pavillon par une structure rectangulaire. Ils ont ainsi créé une vaste boîte de lumière mesurant 14 x 14 x 3,5 m et dont l'espace intérieur reçoit également la lumière naturelle par un lumidôme à la silhouette cruciforme. L'extérieur de l'édifice transformé fait penser aux lanternes qui ornent les jardins des temples japonais. La façade se compose d'une section vitrée transparente haute d'un mètre et d'éléments en fibre de verre semi-transparents préfabriqués agencés par dessus. Ainsi, vu de l'extérieur du restaurant, seul un "ballet de jambes" est visible, et les activités de cuisine et restauration se dérobent au regard de l'observateur.

Une diagonale traversant le bâtiment reprend formellement la connexion supprimée entre les Lanes et la mer. L'insertion d'une boîte définit l'espace qui héberge la cuisine, les toilettes et le dépôt. L'aménagement intérieur du sushi-bar, imaginé par dRMM, se compose d'un mobilier fait main, présentant un grand raffinement dans les détails. Les sièges font penser à un ensemble plissé et se distinguent ainsi de l'espace environnant. Derrière le bar à coktails, des éléments éclairés et remplis de riz font allusion à la cuisine soignée offerte par l'établissement. Les faces visibles du plafond s'affublent de rayures rouges fluorescentes réalisées avec de la peinture à bouées. Avec son éclairage de nuit, la lumière aux reflets rouges semble appartenir autant au bâtiment qu'à la place.

Mobile, la façade du pavillon est suspendue dans un cadre d'acier. Comme elle s'ouvre entièrement, l'intérieur du sushi-bar fait si nécessaire partie intégrante de la place. Des galets ramassés sur le bord de mer longeant la ville symbolisent la nouvelle place accordée à l'édifice et traduisent la proximité de la mer.

Le haut du bâtiment est ceinturé par un système de façade vert patiné en cuivre. En raison des angles suspendus de la construction, le ruban en cuivre vert patiné semble flotter au-dessus de la place relevée. Pour répondre aux souhaits décoratifs spéciaux des architectes, la marque TECU® a fourni des produits qui, vu leur haut degré de préfabrication, constituent une alternative également intéressante du point de vue économique: les panneaux TECU®. Dotés d'une surface exempte de plis et d'un étroit profil d'insertion, les panneaux emboîtables TECU® font penser à un ruban qui, en circonscrivant le bâtiment, donne une impression bidimensionnelle à son ensemble. Les panneaux emboîtables conçus à partir de tôles TECU® à bords relevés ne représentent que l'une des nombreuses formes spéciales développées sur mesure et en concertation avec le Technical Consulting Center TECU® de KME, le fabricant.

dRMM a réussi à apporter une réponse appropriée à la situation actuelle du Bartolomew Square. Lorsque la façade est ouverte, les convives du sushi-bar siègent sur la place publique et participent à son animation. Doté d'une élégante simplicité, le bâtiment affronte la puissante façade de la salle des fêtes de Cooper tout en se détachant, conscient de sa propre valeur, de l'architecture environnante grâce à ses éléments décoratifs raffinés.

Publicité

Intervenants

Maître d'ouvrage
Architecture
Études techniques (structure)
Façade en cuivre

Sites Internet pertinents

Aucun lien pertinent n'a été répertorié pour l'instant.

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20006958
  • Création
    29.11.2002
  • Modification
    21.04.2016