• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Ligne de Saint-Étienne à Lyon

Informations générales

Début des travaux: 1828
Achèvement: 1833

Type de construction

Situation de l'ouvrage

km Nom
504.199
523.594
556.697
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Coût

coût de construction Francs 14 500 000

Chronologie

mars 1802

Trevithick et Vivian, deux inventeurs britanniques, prennent un brevet sur l'emploi de voitures à vapeur roulant sur des chemins de fer à rails.

1803

L'ingénieur gallois Richard Trevithick (1771-1833) invente la première machine à vapeur sur rails. Elle est testée en 1804 à Merthyr Tydfil. Elle peut remorquer un train portant 10 t de fer et 70 hommes sur une distance de 14 km en 4 heures et 5 minutes.

1808

Trevithick réalise la locomotive «Catch me who can» pesant 7 t et roulant à 20 km/h.

1810

L'ingénieur William Hedley crée la locomotive «Puffing Billy».

1815

George Stephenson (1781-1848) invente la première locomotive Killingworth avec transmission à chaînes.

1818

L'ingénieur des Mines de Gallois fait un voyage d'études en Angleterre, notamment à Newcastle. A son retour il décrit la locomotive Killingworth de George Stephenson et propose la construction dune ligne de chemin de fer de Saint-Étienne à Lyon.

1820

Stephenson fait rouler la seconde locomotive Killingworth à transmission par bielles.

1825

La locomotive «Locomotion» est la première au monde à rouler sur une ligne de chemin de fer publique, la Stockton & Darlington Railway.

1826

Les frères Seguin - Marc, Camille, Paul, Charles et Jules - décident d'étudier la création dune ligne de chemine de fer entre le bassin houiller de Saint- Étienne et la ville de Lyon. Ils s'associent avec la famille du physicien J.-B. Biot.
Ils recherchent des financiers pouvant leur apporter les 10 000 000 de francs-or nécessaires pour les investissements.

1826

Le coût de construction de la ligne est estimée 600 000 francs par Barnabé Brisson, directeur de l'École des Mines de Saint-Étienne. Marc Seguin estime d'abord le coût de la ligne à 600 000 francs puis 1 200 000 francs.

février 1826
- 1827

Marc Seguin fait des recherches pour l'amélioration de la génération de vapeur.

27 mars 1826

Adjudication publique de la concession d'un chemin de fer entre saint-Etienne et Lyon par Saint-Chamond, Rive-de-Gier et Givors.

mai 1826

Les frères Seguin gagnent l'adjudication avec un tarif de transport de 9,8 centimes la t/km. Ils versent une caution 800 000 francs. La concession ne porte pas sur le transport de personnes.

7 juin 1826

Ordonnance royale accordant la concession à Seguin frères, Biot et Compagnie. Concession à perpétuité.

17 mars 1827

Création de la Compagnie de Saint-Étienne - Lyon.

13 juin 1827

Ordonnance royale accordant à la Compagnie la concession des terains situés sur la presqu'île de Perrache à Lyon pour y établir un "port de garage".

décembre 1827

Premiers essais de la machine à vapeur aux ateliers de Perrache.

1828

Les frères Seguin se rendent en Angleterre pour étudier la ligne de chemin de fer de Darlington. Ils rencontrent la famille Stephenson à Newcastle.
Ils commandent 2 locomotives et 10 wagons.
La ligne de Saint-Étienne à Lyon nécessite des rails de qualité homogène. Seguin choisit des rails longs - 5m - (au lieu des rails courts de 1m de long en fonte ou en fer utilisés en général en Grande-Bretagne) sur traverses en bois posées sur ballast.
Les rails sont réalisés par la forge du Creusot, gérée par la Société parisienne de Charenton dirigée par les Britanniques Manby et Wilson.
Il fait construire une ligne à double voie - une voie par sens de circulation - avec des ouvrages d'art de qualité, de dimensions importantes acceptant des accroissements de trafic importants.

février 1828

Brevet d'invention de la chaudière tubulaire par Marc Seguin.

février 1828
- 1829

Premiers essais réussis dune machine utilisant la mécanique de Stephenson avec la chaudière tubulaire de Marc Seguin. Les locomotives Seguin sont produites en série aux ateliers de Perrache.

août 1828

Le matériel commandé aux Stephenson est livré mais les locomotives ne sont pas assez puissantes pour monter sur les montagnes de la Loire.

1829

Stephenson réalise la locomotive «La Fusée» roulant à 50 km/h. C'est la première locomotive moderne. Elle utilise une chaudière tubulaire inventée par Marc Seguin. Stephenson met au point une fabrication industrielle des locomotives pour l'ensemble des réseaux européens.

13 décembre 1829

Ordonnance autorisant la Compagnie à construire un pont fixe sur la Saône pour accéder à la presqu'île de Perrache.

1830

Percement du tunnel de Couzon.

1830

La Compagnie inaugure le transport de voyageurs qui n'avait pas été prévu dans la concession initiale.
Construction du pont de la Mulatière sur le Saône à la jonction avec le Rhône.

25 juin 1830

La ligne est ouverte entre Rive-de-Giers et Givors sur le Rhône.

30 janvier 1831

Ordonnance pour l'implantation d'une gare à Givors.

16 septembre 1831

Ordonnance fixant les tarifs du chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon.

3 avril 1832

La ligne est ouverte entre Lyon et Givors.

18 octobre 1832

Ouverture de la ligne entre Rive-de-Giers et Saint-Étienne.

4 avril 1833

La ligne Lyon - Saint-Etienne est ouverte dans sa totalité. La ligne entre Rive-de-Gier et Saint-Etienne est avec une pente de 14 mm/m. Les locomotives ne sont pas assez puissantes à l'ouverture de la ligne: les chevaux seront utilisés. C'est pour augmenter la puissance des locomotives que Marc Seguin invente la chaudière tubulaire.

début 1833

Percement du tunnel de Terrenoire de 1500m de long.
Ouverture de toute la ligne au trafic des pondéreux.
L'arrivée du train à Lyon, Givors et Saint-Etienne a des conséquences sur l'urbanisme de ces villes. A Lyon, la gare s'installe à Perrache.

1834

La ligne dépasse les 150 000 voyageurs la première année d'utilisation de toute la ligne, puis 400 000 voyageurs en 1840.
La ligne transporte 320 000 t en 1833 et plus de 500 000 t en 1837.
La ligne est parcourue de jour et de nuit par des locomotives.

31 décembre 1835

Les dépenses atteignent 3 633 000 francs. Le bilan définitif donnent une dépense de 14,5 millions de francs.

Remarques

Cette ligne est le premier grand chantier ferroviaire en France. Une ligne avait été concédée entre Andrézieux et Saint- Étienne à la Compagnie de Saint-Etienne à la Loire (crée le 26 février 1823) de l'ingénieur des Mines Beaunier, construite de 1823 à 1827 pour amener le charbon de Saint-Étienne à la Loire.
Elle a nécessité la construction de 14 souterrains dont le souterrain de Terrenoire de 1500m de long et un viaduc au confluent de la Saône et du Rhône à Lyon (viaduc de la Mulatière).

C'est pour combattre les frais de transports importants demandés par les exploitants du canal de Givors que les commerçants de Saint-Etienne et de Rive-de-Gier et les exploitants des mines de charbons demanderont aux frères Seguin de construire la ligne de chemin de fer entre Saint-Etienne et Lyon. On peut remarquer que c'est pour la même raison que c'est ouvert en Angleterre la première ligne de chemin de fer.

Publicité

Intervenants

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    10000164
  • Création
    17.10.2002
  • Modification
    21.04.2016