• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Hôtel de Bernuy

Informations générales

Autre nom(s): Lycée Pierre-de-Fermat
Début des travaux: 1504
Achèvement: 1530

Type de construction

Structure: Murs portants en maçonnerie
Fonction / utilisation: usage d'origine:
Hôtel particulier
usage actuel:
Bâtiment universitaire

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Adresse: rue Pierre-de-Fermat, 1 rue Gambetta
Coordonnées: 43° 36' 10.08" N    1° 26' 28.03" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

1504
- 1530

Jean de Bernuy, juif espagnol chassé par l'Inquisition est devenu un riche négociant grâce au commerce du pastel, cette fleur tinctoriale qui donne une couleur bleue indélébile, largement cultivée dans le Lauragais. Il se fait bâtir un hôtel particulier par l’architecte Louis Privat.
Sa fortune lui permit de faire édifier pour sa demeure la tour la plus haute de la cité.

1532

Jean de Bernuy est élu capitoul de Toulouse.

1533

S’étant porté caution auprès de Charles-Quint de la rançon exigée pour la libération du roi François Ier fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525, Jean de Bernuy a eu l’honneur de recevoir le roi et sa cour sous son toit.

juillet 1549

En reconnaissance de l'importance financière et commerciale de la ville de Toulouse dues au négoce du pastel, le roi Henri II autorise la construction d'une bourse des marchands, la plus ancienne dans une province française après celle de Lyon.

1556

Jean de Bernuy est mort à la corrida organisée dans un enclos des Jacobins.

1566
- 1762

L'hôtel de Bernuy est le Collèges de jésuites.

18 août 1566

Contrat passé entre le syndic de la ville de Toulouse et Pierre Delpuech, Pierre Madron et Jehan de Gamoy, bourgeois de Toulouse, pour l'établissement du collège des Jésuites à l'hôtel de Bernuy.
Les trois bourgeois de Toulouse avaient acheté la maison de Jean de Bernuy, vicomte de Venez et seigneur de Paleficat, située rue Peyrolières. Ils la cèdèrent au syndic de la ville, pour y établir le collège des jésuites, primitivement installé au couvent, des Augustines. Ils ont été dédommagés au moyen des fonds provenant de la vente de cette maison, des collèges de Verdalle et de Montlezun, et de la tour Saint-Vincent en Lauragais, dépendant du collège de Verdalle.
Le syndic de la ville a fait cession de l'immeuble à maître Aymon Auger, docteur en théologie, provincial de la Compagnie en la province d'Aquitaine.

24 avril 1575

Accord entre les capitouls, le syndic de la Compagnie de Jésus, et dame Aldonce de Bernuy, de Foix et de Carmaing, mariée à Guy de Castelnau de Clermont, gouverneur de Quercy, portant parfait payement de l'hôtel de Bernuy, occupé par le collège des Jésuites à Toulouse.
Mme de Clermont, fille et héritière de Jean de Bernuy, vicomte de Lautrec et baron de Bram, avait donné procuration, le 13 novembre 1574, dans le château de Castelnau-Bretenoux, en Quercy, à Mathieu de Chauvet, président en la seconde chambre d'enquêtes du Parlement de Toulouse et à Antoine de Garroche, contrôleur général en la recette de Languedoc.
La ville a payé 8 000 livres à Mme de Clermont, en représentation de ses droits hypothécaires sur l'hôtel de Bernuy.

6 août 1762

Par un arrêt du Parlement de Paris, la Compagnie de Jésus est supprimée. Les jésuites sont dits coupables d'avoir enseigné «la simonie, le blasphème, le sacrilège, la magie et le maléfice, l'astrologie, l'irréligion de tous les genres, l'idolâtrie et la superstition, l'impudicité, le parjure, le faux témoignage, les prévarications des juges, le vol, le parricide, l'homicide, le suicide, le régicide".

18 novembre 1764

Le collège devient Collège royal après qu'un décret de Louis XV dissout l'ordre des Jésuites en France. Ils ont été expulsés en 1767.

1795

Le collège devient Ecole centrale de Haute-Garonne, établissement d'enseignement secondaire sans internat.

1806

L'école centrale devient lycée impérial.

1814
- 1848

Il s'appelle Collège royal.

1848
- 1853

Il est nommé «Lycée national".

1853
- 1870

Il est devenu «Lycée impérial".

après 1870

Il est appelé «Lycée national de Toulouse".

1957

Le lycée prend le nom de Pierre-de-Fermat.

Publicité

Intervenants

Architecture

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20044961
  • Création
    16.04.2009
  • Modification
    30.07.2014