• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Église Sainte-Marguerite

Informations générales

Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Église

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Adresse: 36, rue Saint-Bernard
Coordonnées: 48° 51' 10.08" N    2° 22' 52.00" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

28 novembre 1623

Les habitants des hameaux de Reuilly, Picpus, des quartiers de la Croix-Faubin, de la Folie-Regnault, de la Roquette et de Popincourt dépendent de l'église Saint-Paul du faubourg Saint-Antoine.
La population ayant augmenté, Antoine Fayet, curé de Saint-Paul, a voulu fonder une chapelle succursale plus proche de ces paroissiens.
Il adressa une requête au roi pour obtenir «une place qui est scituée à la pointe de Reuilly, entre les deux chemins, l'un d'iceux allant à Saint-Maur et l'autre au bois de Vincennes, pour y faire bastir et construire une chapelle succursale pour les habitants dudit Reuilly".

mai 1624

Par lettres patentes, le roi concède un terrain vague, entre les rues de Charonne et du Faubourg Saint-Antoine.

12 juin 1624

François de Gondi, archevêque de Paris, donne l'autorisation d'y bâtir une chapelle.
Mais l'endroit étant jugé malcommode, il est abandonné.

10 octobre 1624

Jean de Vitry, seigneur de Reuilly, fait don à Fayet d'un arpent à prendre sur un terrain de 7 quartiers 7 perches, près du moulin de l'abbaye de Saint-Antoine. Le reste du terrain a été acquis progressivement.

29 octobre 1624

Jean de Vitry, seigneur de Reuilly fait donation à Antoine Fayet, curé de l'église Saint-Paul-des-Champs, d'un terrain pour y bâtir une chapelle dédiée à Sainte-Marguerite.

1625

Antoine Fayet, curé de l'église Saint-Paul-des-Champs et dont dépendait aussi le faubourg Saint-Antoine, entreprend de faire construire à ses frais une chapelle sur le territoire du faubourg Saint-Antoine pour la commodité de ses paroissiens.

31 janvier 1625

L'archevêque de Paris donne une nouvelle autorisation pour bâtir une chapelle.

3 mars 1625

Un mémoire avec devis est passé entre le maître charpentier Gilles Le Redde et le curé Fayet pour la charpente de la chapelle.

7 février 1626

Jean de Vitry vend pour 600 livres le demi-arpent qu'il possédait encore.

12 février 1627

Jean de Vitry écrit dans une lettre que les 600 livres correspondent aux dons d'octobre 1624 et à la vente de février 1626 et dont 400 livres avaient été réglées par Antoine Fayet le 11 février.
Cette lettre mentionne que la chapelle était achevée «aux frais et despens» du curé Fayet, déclaré fondateur de la chapelle.

1629

Un arrêt du Parlement de Paris fait de St-Marguerite une chapelle particulière.

9 août 1631

Un arrêt du Parlement de Paris confirme l'arrêt du 26 juillet 1629 qui avait fait de Sainte-Margurite la chapelle particulière de la famille Fayet. Cet arrêt était dû au conflit entre le uré Fayet et les marguilliers de la paroisse qui lui contestaient son titre de fondateur.

6 août 1632

Un nouvel arrêt du Parlement de Paris décidait que la chapelle Sainte-Marguerite pourrait être érigée en succursale à condition que les habitants s'engagent à bâtir la maison des desservants, à pourvoir aux dépenses tout en réservant les droits du fondateur.

7 mai 1633

Le Parlement de Paris confirme l'arrêt de 1632 et désigne six paroissiens pour faire la collecte auprès des autres habitants.

26 septembre 1633

Les paroissiens collecteurs «dégoustèrent de l'entreprise par la considération des frais". Ils déclarent y renoncer.

1634

Antoine Fayet meurt sans être parvenu à son but mais, quelques mois plus tard, sa chapelle est érigée en succursale de l'église St-Paul-des-Champs.

4 février 1634

Nouvel arrêt du Parlement de Paris déclarant que si au bout de six mois la siuation n'avait pas évolué, l'arrêt du 26 juillet 1629 serait appliqué.

8 février 1634

Fayet n'est plus curé de Saint-Paul. Il rédige son testament. Il fonde un chapelain en titre de bénéfice, en réservant l'avantage à sa famille.

9 février 1634

Antoine Fayet meurt. Il est enterré le même jour dans sa chapelle.
Peu après la chapelle est érigée en succursale de Saint-Paul par l'archevêque de Paris.

1635

Erection en bénéfice de la chapelle.

1637

Ouverture du cimetière derrière l'église. Pendant la Révolution, les corps de trois cents personnes guillotinées sur la place de la Bastille et sur la place de la Nation y seront enterrés. Une légende y fait enterrer le dauphin en 1795. Le cimetière est fermé en 1804.

28 décembre 1638

Estimation des ouvrages en maçonnerie. Un petit presbytère avait été construit un peu avant rue Saint-Bernard par le maçon Bordier.

1657

Premières démarches pour faire de la succursale une paroisse.

11 août 1660

Par un arrêt, le roi accorde la permission d'ajouter deux bas-côtés à la nef construite entre 1625 et 1627.

12 mai 1663

Les fonds baptismaux ayant été construits, le premier baptême a eu lieu.

18 juillet 1665

Le cavalier Bernin visite la chapelle.

1669
- 1679

La chapelle est allongée et flanquée de deux bas-côtés.

25 juillet 1679

Devis et marché avec le maître charpentier François Flandrin dans le cadre des travaux d'allongement de l'église.

1680

Installation du grand orgue, du maître-autel et du jubé.

1703

Gilles Le Sourd, curé de St-Paul, entreprend la construction de la chapelle du transept nord appelée chapelle Saint-Joseph-Sainte-Marguerite

1712

le Cardinal de Noailles, Archevêque de Paris fait de Sainte-Marguerite une paroisse indépendante.

12 janvier 1713

Le premier curé de Sainte-Marguerite, Jean-Baptiste Goy, signe le procès-verbal de prise de possession de l'église.

février 1713

Des lettres patentes entérinèrent la décision. Les marguilliers de Saint-Paul contestèrent le partage des biens et effets entre les deux églises de Saint-Paul et Sainte-Marguerite. La famille d'Antoine Fayet défendit ses droits. L'abbesse de Saint-Antoine prétendit nommer le curé de la paroisse.

3 mai 1714

Le Parlement de Paris donne un arrêt sur le partage.

6 avril 1715

Le cardinal de Noailles, archevêque de Paris, donne un avis sur le partage.

1717

Un grand calvaire, oeuvre et don du maître-maçon Etienne le Grand, fut installé dans le cimetière. Il y est encore.

1722

Les marguillers décident de construire des charniers dans le cimetière. La première pierre est posée par le cardinal-archevêque de Paris.

1724

Le curé Goy agrandit l'église avec la chapelle de la Vierge dans le transept droit.

1737

Construction du choeur de l'église.

1760
- 1764

L'architecte Victor Louis [1731-1800] réalise la chapelle des Âmes-du-Purgatoire dans le style néo-classique. La chapelle marque le retour à l'Antiquité et aux valeurs de la Contre-Réforme dont le concile de Trente avait officialisé la dévotion.
Victor Louis a confié la décoration en trompe-l'oeil à Paolo-Antonio Brunetti [1723-1783].

1790

L'église n'est pas fermée. Le service est assuré par le clergé constitutionnel. Les membres de ce clergé sont élus par les citoyens et prêtent serment de fidélité à la constitution.

1795

Le clergé partage l'église avec des adeptes de la «théophilantropie» pour lesquels l'église devient «temple de la Liberté et de l'Egalité".

10 juin 1795

L'enfant du Temple est enterré dans le cimetière. L'enfant serait mort le 8 juin dans le donjon du Temple.
Des exhumations en 1846, 1894 et 1979 ont montré qu'il s'agissait d'un enfant de 15 à 18 ans et non d'un enfant de 10 ans, âge qu'avait le dauphin, fils de Louis XVI à cette date.

1802

L'église est entièrement rendue au culte catholique.

1805

Visite du pape Pie VII [1742-pape en 1800-1823].

Publicité

Intervenants

Architecture

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Antonello, Murielle / Ardisson, Alexandra / Dumoulin, Aline / Maingard, Jérôme / Rosenberg, Pierre (2008): Reconnaître Paris d'église en église. Massin, Paris (France), ISBN 978-2-7072-0583-4, pp. 232-235.
  • Gady, Antoine (1998): Saint-Marguerite. Dans: Minnaert, Jean-Baptiste (1998): Le faubourg Saint-Antoine. Action artistique de la Ville de Paris, Paris (France), pp. 42-46.
  • Pérouse de Montclos, Jean-Marie (1994): Le guide du Patrimoine: Paris. Ministère de la Culture - Hachette, Paris (France), pp. 504.
  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20036251
  • Création
    08.04.2008
  • Modification
    30.07.2014