• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Faire un don

Canal du Nivernais

Informations générales

Autre nom(s): Canal de la Cure
Début des travaux: 1784
Achèvement: 1841
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: Canal

Situation de l'ouvrage

km Nom

Informations techniques

Dimensions

longueur 174.118 km
gabarit min. 2.70 m
nombre d'écluses 118
tirant d'eau min. 1.20 m

Chronologie

ca. 1600

Sous le règne du roi Henri IV on imagine un canal de liaison entre la Loire et la Seine par l'Yonne en adoptant l'étang d'Aron comme seuil de partage entre la Nièvre, côté Loire, et le Beuvron, côté Seine.

1783

L'hiver très froid de 1783 aggrave la demande de bois de chauffage pour alimenter Paris. L'amenée de bois du Morvan par flottage ne suffit plus pour satisfaire la demande. Le gouvernement décide d'étudier l'amenée de bois par flottage des forêts du Bazois côté Loire. Le projet imaginé par le Maître des Eaux et Forêts d'Auxerre, Ménassier, nommé responsable du projet par arrêt du Conseil du Roi prévoit:

  • de rendre l'Aron navigable de Cercy-la-Tour à Châtillon-en-Bazois,
  • d'aménager en canal avec écluses le ruisseau de Baye de son confluent avec l'Aron à Mingot jusqu'au seuil de partage fixé Bazolles pour éviter la montagne porphyrique de La Collancelle,
  • de réaliser une rigole de flottage des bois à bûches perdues partiellement souterraine de l'étang de Baye à l'Yonne près de La Chaise.

1784

Début des travaux. La construction du canal de flottage est gérée en régie.
Un second arrêt du Conseil du Roi ordonne l'ouverture d'un canal navigable de Baye à Châtillon-en-Bazois et dune rigole de flottage de Baye à la Collancelle aux frais de la maîtrise du Nivernais pour les travaux et du Domaine des bois pour les indemnités aux propriétaires.
Les travaux de creusement du souterrain de la Collancelle commencent sous la direction d'Aimable Hageau.

1786

Les ouvriers travaillant sur le creusement du souterrain se révoltent.

début mai 1786

L'abbé Charles Bossut [1730-1814], l'abbé Alexis-Marie Rochon [1741-1817] et Condorcet, Commissaires de l'Académie des Sciences sont chargés dune inspection. Ils font un rapport sur le canal à la suite dune tournée d'inspection. Ils concluent qu'il y a intérêt à prévoir un canal de navigation au lieu d'un simple canal de flottage en le continuant jusqu'à Cravant où l'Yonne est navigable.
Le rapport est adopté malgré de nombreuses objections. La construction est alors faite sur appels d'offres et adjudications à des entrepreneurs.

mars 1791

Les travaux s'arrêtent.

avril 1791

Le roi Louis XVI avance 150 000 livres au département de la Nièvre pour la réalisation du canal.

1793

Le canal est ouvert de Baye à Châtillon-en-Bazois. De 1784 à 1791, 4 315 776 francs ont été dépensés par la caisse du département des Ponts et Chaussées.

1793
- 1807

Les travaux du canal sont arrêtés.

1795

1 200 000 francs de travaux sont votés.

1807

Le Ministère des Finances envisage de vendre les terrains que l'État avait achetés pour la construction du canal. Un rapport est demandé à l'ingénieur en chef Hageau pour évaluer l'utilité du canal.
Le rapport conclut à l'utilité du canal pour le flottage des bois.

1810

Reprise des travaux sur le canal.

1812
- 1822

Les travaux du canal sont de nouveau arrêtés.

1820

Le nouveau directeur des Ponts et Chaussées, Louis Becquey, rédige le «Rapport au Roi sur la navigation intérieure de la France».

14 août 1822

Le roi Louis XVIII décide d'accorder 8 000 000 francs à la reprise des travaux de construction du canal afin de résorber le chômage. Tout est à reprendre, talus, écluses'. Ces fonds seront apportés par la compagnie concessionnaire.

1824

On décide de prolonger le canal jusqu'à Auxerre en empruntant partiellement le cours de l'Yonne. Le canal est concédé à la compagnie formée par les banquiers Hagerman, Odier, Cottier et André pour 8 000 000 francs. Les travaux reprennent. Jusqu au 31 décembre 1833, le Trésor Public apportera 7 189 599 francs supplémentaires pour la construction du canal.

31 mars 1830

Rapport au Roi rend compte de l'avancement des travaux du canal.

1834

Expérimentation (avec succès) du premier barrage mobile à fermettes et aiguilles sur l'Yonne, à Basseville, par l'ingénieur Charles Poirée.

22 avril 1834

Le premier bateau venant de Coulanges-sur-Yonne arrive à Clamecy.

1837
- 1841

Les lois du 27 juin 1837, du 12 juillet 1837, du 9 août 1839 et du 25 juin 1841 créent 12 406 737 francs de fonds supplémentaires pour la construction du canal. Au total 33 196 336 francs ont été dépensés pour la construction du canal.

1838

Le tronçon «La Chaise – Port Brûlé» est ouvert à la navigation.

1839

Ouverture à la navigation du tronçon «Anizy – Châtillon-en-Bazois».

1841

Les travaux de percement des tunnels au bief de partage sont achevés. L'échelle d'écluse du Sardy pour descendre de la Collancelle vers l'Yonne est terminée.

1 mars 1841

Inauguration du canal.

15 mars 1841

Ouverture au trafic sur tout le canal.

1843

L'aqueduc de Montreuillon et la rigole d'Yonne sont achevés. Ils permettent une alimentation en eau suffisante du bief de partage.

1880

Création de l'embranchement de Vermenton qui ajoute près de 4 km au linéaire du canal.

1939
- 1949

Réalisation du réservoir de Pannecière pour améliorer l'alimentation en eaux du canal.

1972

La partie du canal située dans la Nièvre est concédée au département. Entre 1972 et 1980 le nombre de bateaux de plaisance empruntant le canal est passé de 200 à 1200.

Remarques

Dénivellation entre le bief de partage de Baye et la Seine: 165,20 m
Dénivellation entre le bief de partage de Baye et la Loire: 74,16 m
Nombre décluses sur le versant Seine: 83
Nombre décluses sur le versant Loire: 35
Longueur du bief de partage de Baye: 4,478 km

Ouvrages:

  • souterrains de La Collancelle, de Mouas et de Breuil
  • échelle d'écluses de Sardy
  • aqueducs de Montreuillon et de La Chaise sur la rigole d'Yonne alimentant l'échelle d'écluse de Sardy,
  • ponts à bascule métalliques à Pousseaux et Chitry-les-Mines, ainsi que de de Germenay, Chazel, les Marais, Saint-Didier, Curiot et l'Arc
  • étang de Vaux et étang de Baye alimentant le bief de partage de Baye
  • ponts-canaux de La Roche et de Mingot
  • écluses multiples de Chavance
  • pont oscillant de l'écluse des Dames
  • ponts-levis du Tremblay et de Dirol (en bois),
  • ponts tournants des Jeux et de Saint-Roch (Clamecy)
  • traversée de l'Yonne à Basseville
  • nombreux pertuis de flottage dans la vallée de l'Yonne (Clamecy, Magny, Les Dames, Bouchet, Armes, Mailly-le-Château, Vincelottes, Accolay, etc.)
  • Pont de Châtillon-en-Bazois (1790) dessiné par Aimable Hageau

La largeur des écluses du canal est partout de 5.20 mètres. Les longueurs utiles varient:

  • de Saint-Léger-des-Vignes à Cercy-la-Tour, et de Sardy (écl. 16 Yonne) à Auxerre: 38,50 m
  • de Cercy-la-Tour à Sardy (écl. 15 Yonne): 30,40 m
Le mouillage est de 1.60 mètres au versant de la Loire et de 1.80 mètres au versant de l'Yonne.
La hauteur libre sous les ouvrages est d'un minimum de 2.70 mètres.

Publicité

Intervenants

Concessionnaire
Conception
Ingénierie
(rôle inconnu)
Aggrandissement (1890)

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

Autres publications...
  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    10000489
  • Création
    18.03.2004
  • Modification
    20.08.2015