• DE
  • EN
  • FR
  • Base de données et galerie internationale d'ouvrages d'art et du génie civil

Publicité

Partager

Suivre

Abbaye Saint-Étienne de Marmoutier

Informations générales

Autre nom(s): Abbatiale Saint-Martin
Etat: en service

Type de construction

Fonction / utilisation: usage d'origine:
Monastère
usage actuel:
Église paroissiale
Style architectural: Roman
Gothique

Situation de l'ouvrage

Lieu: , , ,
Coordonnées: 48° 41' 26.32" N    7° 22' 57.21" E
Montrer les coordonnées sur une carte

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

ca. 589

Childebert II, roi d'Austrasie [570-596], autorise le moine ir-landais Léobard à s'établir avec des disciples sur des terres du fisc appelé «marca Aquileiensis». Le monastère prend le nom de Leobardi cella. Les moines suivent la règle de saint Colomban.

690 et 717

Incendies du monastère.

3 mai 724

Thierry IV confirme à l'abbé Maur la donation du domaine de la marche. Il accorde à l'abbaye le privilège de l'immunité.
Saint Maur reconstruit l'abbaye. Le site prend le nom de «Mau-ri Monasterium».

746

La Vita Pirminii – vie de saint Pirmin – attribue l'introduction de la règle de saint Benoît à saint Pirmin. Marmoutier, avec Murbach, Neuwiller, Schuttern et Gengenbach fait partie de la congrégation des monastères pirminiens.

816

Louis le Pieux demande à Benoît d'Aniane de diriger le monastère. Il dirige le monastère pendant 10 mois. Il y rédige la règle bénédictine.

817

Benoît d'Aniane quitte ce monastère pour conseiller Louis le Pieux dans la réforme des monastères. Le concile d'Aix-la-Chapelle, réunie par l'empereur Louis le Pieux [814-840] sous les conseils de Benoît d'Aniane [vers 750-821], exempte l'abbaye de l'obligation de service armé. L'abbaye adopte la règle bénédictine modifiée par saint Benoît d'Aniane. Dans les cartulaires d'Aix-la-Chapelle, Marmoutier fait partie des abbayes royales exemptées de fournir un contingent militaire.
Benoît d'Aniane fait construire l'abbaye d'Inda sur le modèle de l'abbaye de Marmoutier.

823

Ansegise, abbé de Fontenelle [Saint-Wandrille] lègue un livre au monastère.

entre 826 et 830

Marmoutier a une association de prières avec l'abbaye de Rei-chenau.

827

Un incendie détruit le monastère.

828

Louis le Pieux remet le monastère à son demi-frère Drogon, évêque de Metz, avec l'obligation de reconstruire le monastère. L'abbaye devient une abbaye épiscopale. L'abbé Celse, soutenu par Louis le Pieux fait restaurer l'abbaye. Une «tombe de saint» retrouvée dans les gravats d l'église de saint Maur est choisie comme milieu de la nouvelle église (croi-sée du transept). Une confessio est construite au-dessus de la tombe. Il fait écrire une charte-inventaire du patrimoine de l'abbaye.

ca. 830

Drogon transfère les reliques des saints Céleste et Auctor, 2ème et 13ème évêques de Metz.

833

Louis le Pieux, trahi par les siens, passe par l'abbaye sur son chemin de captivité.

950

Incendie du monastère.

971

Erkenbald [965-991], évêque de Strasbourg, consacre l'église conventuelle.

982

Volmar, comte de Sarrebourg, et son épouse Berthe offrent des biens à l'abbé Landeloh.

11ème siècle

Construction au chevet du chœur d'une chapelle memoria peut-être dédiée à saint Léobard.

1115

Richwin, prieur de Marmoutier, fonde un monastère de bénédictines sur la colline de Sindelsberg.

1120
- 1140

Construction de l'abbatiale romane.

1125

Etienne de Bar, évêque de Metz, restitue à l'abbé Adelon plu-sieurs domaines qui avaient été confisqués par ses prédéces-seurs.

1137

L'abbatiale est consacrée par Théodewin, ancien moine de Marmoutier, devenu cardinal et légat pontifical. L'abbé Meinhard [1132-1146], tente de restaurer la fortune de l'abbaye. Il fait dresser l'inventaire des domaines et les revenus de l'abbaye. Gebhart, évêque de Strasbourg, confirme les droits de l'abbé Meinhard sur les prêtres d'une église Saint-Martin.

1139

L'évêque Etienne de Metz défend qu'on inquiète les moines de Marmoutier quand ils exploitent le sel à Marsal.

29 septembre 1142
- 30 septembre 1142

A la demande de l'abbé Meinhard, le légat du pape Théodewin consacre la chapelle Saint-Laurent ou chapelle de l'abbé.

1163

L'empereur Frédéric Barberousse confirme les possessions et privilèges accordés par les évêques de Metz Thierry et Etienne.

1170

A la suite d'un incendie brûlant plusieurs maisons, l'abbé Werner fait un remembrement aux abords de l'abbaye.

1174

Frédéric de Pluyose, évêque de Metz, renouvelle la libre dispo-sition des biens restitués par ses prédécesseurs.

1179

Le pape Alexandre III [1159-1181] confirme l'abbaye dans ses possessions et ses privilèges.

1209

Bertram, évêque de Metz, remplace le cens en nature par une redevance payée en argent.

30 août 1220

Henri de Veringen, évêque de Strasbourg, incorpore les revenus de l'église supérieure à l'abbaye pour compenser les pertes dues aux exactions des avoués, les dévastations et les incendies.

à partir de 1225 jusqu'en 1240

Début de la reconstruction de l'abbatiale gothique qui se pour-suit sous les abbatiats d'Otton [1224-1245], de Jean [1253-1288] et Conrad [1288-1301].

14ème siècle et 15ème siècle

L'abbaye connaît des difficultés financières croissantes. Les seigneurs locaux dont les Geroldseck se sont accaparés le pou-voir et les biens du monastère.

1330

Le pape Jean XXII [1316-1334] accorde à l'abbaye les revenus de l'église Saint-Martin de Westhoffen.

1346

L'abbé de Marmoutier rend hommage à l'évêque de Metz pour les droits en possession de l'abbaye.

1390

La marche est démembrée après la mort de l'avoué Volmar. Elle est transformée en trois seigneuries séparées.

1488

L'évêque de Strasbourg autorise l'incorporation à l'abbaye des revenus du monastère dissous du Sindelsberg.

1495

L'évêque de Strasbourg autorise l'incorporation à l'abbaye des revenus de l'église paroissiale de Duntzenheim.

1512

Il n'y a plus d'abbé et de moines. Les dettes s'élèvent à 6000 florins.

1525

Pillage de l'abbaye par les paysans révoltés.

1621

Occupation de l'abbaye par les reîtres de Mansfeld.

1653

L'archiduc d'Autriche fait élever les cénotaphes de ses ancêtres avoués de l'abbaye.

1705

L'abbaye rachète le domaine de la marche d'Aquilée pour la somme de 50 000 livres grâce à l'appui de l'archevêque de Strasbourg François Egon de Furstenberg.

1707

Incendie. Le cloître est détruit et ne sera pas reconstruit.

1709
- 1710

Construction de l'orgue par André Silbermann [1678-1734].

1720

Reconstruction de l'hôpital au chevet de l'abbatiale.

1737
- 1751

Construction de nouveaux bâtiments claustraux et d'exploitation.

1761
- 1769

Reconstruction du chœur des moines avec de très belles stalles réalisées sous l'abbatiat d'Anselme III Chenin.

1767

Ouverture des cours du studium theologicum.

1786

Projet d'allongement de la nef et de construction d'une nouvelle façade par Salins de Montfort, l'architecte du château de Sa-verne.

1790

La Révolution française arrête les projets. Les moines sont dis-persés.

1792

Les bâtiments sont vendus.

1805

L'abbatiale Saint-Martin devient l'église paroissiale Saint-Etienne.

1886

Incendie qui détruit totalement le palais abbatial.

1972
- 1978

Fouilles sous le transept et le chœur. Une crypte archéologique est construite pour montrer la crypte mortuaire de saint Léobard (confessio avec le tombeau du saint et soubassement d'autel), les vestiges de la fondation de l'abbaye de l'abbé Maur et ceux de l'église construite après l'incendie de 827.

1982
- 1983

Continuation des fouilles.

Publicité

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

  • Informations
    sur cette fiche
  • Structure-ID
    20012327
  • Création
    28.06.2004
  • Modification
    04.01.2016