• de
  • en
  • fr
  • Base de données internationale du patrimoine du génie civil

Abbatiale Saint-Philibert

Saint-Philibert-de-Grand-Lieu - Abbatiale Saint-Philibert - Abbatiale vue du chevet

Informations générales

Fonction / utilisation: Église
Construit: 815 - 853
Etat: en service

Informations géographiques et ouvrages pertinent

Lieu: Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, Loire-Atlantique (44), Pays de la Loire, France, Europe

Informations techniques

Pour l'instant aucune donnée technique est disponible.

Chronologie

31 décembre 406

Les Vandales commandés par leur roi Ginderic, les Alains, les Suèves traversent le Rhin gelé non loin de Mayence. Les troupes du duc de Mayence ne peuvent s'y opposer malgré l'aide des colonies franques de Belgique ou des transfuges Alains du roi Goar.
La Gaule est à la merci des invasions barbares. L'armée romaine d'Occident commandée par Stilicon se trouve alors en Italie pour combattre les Goths.

407

Mayence, Worms, Strasbourg, Tournai, Reims, Amiens, Arras, … sont prises. L'invasion gagne le sud de la Gaule. Toulouse est la seule cité à avoir pu résister.

mai 407

Ce qui reste de l'armée de campagne gauloise est rejoint par l'armée de Bretagne commandée par Constantin, un soldat de Gratien. La Bretagne est alors abandonnée à son sort. Constantin se fait acclamer Auguste par ses troupes. Il sera exécuté par le comte Constantius sur ordre de l'empereur Honorius.

409

Les Alains, les Vandales et les Suèves franchissent les Pyrénées. Les Alains vont jusque dans l'Andalousie actuelle.
Puis les Vandales se remettent en mouvement pour s'installer en Afrique.

410

De retour d'un voyage de pèlerinage en Orient, Honorat [vers 350-archevêque d'Arles en 426-429] et Caprais, après s'être installés sur l'île de Lérina – actuelle île Saint-Honorat en face de Cannes [France - Alpes-Maritimes] – fonde l'abbaye de Lérins avec l'accord de l'évêque de Fréjus Léonce.
Les deux fondateurs exigent de leurs disciples un ascétisme assez rude et la poursuite d'études de l'Ecriture et des sciences religieuses.
L'abbaye devient une pépinière d'évêques qui vont développer dans leurs diocèses le monachisme lérinien. Le plus célèbre d'entre eux étant Césaire, archevêque d'Arles [mort en 453], qui a rédigé des règlements pour les monastères.
Patrick, l'apôtre de l'Irlande, viendra se former au monastère.

Entre le 24 août 410 et le 27 août 410

Sac de Rome par les Wisigoths d'Alaric. Alaric fait prisonnière Galla Placidia [vers 390-450], demi-sœur de l'empereur Honorius.
Puis Alaric décide de partir à la conquête de la Sicile. Mais une tempête détruit sa flotte. Il meurt peu après.

mai 412

Les Wisigoths quittent l'Italie pour la Gaule pensant d'abord soutenir Jovinus. Ce dernier n'ayant pas accepté l'offre d'Athaulf, les Wisigoths se mettent au service de l'empereur. Vainqueur de Jovinus, il signe un traité – foedus – avec l'empereur.
La Narbonnaise passe sous la domination des Wisigoths.

fin 414

Les Wisigoths passent en Espagne. Athaulf conquiert et se fixe à Barcelone.

ca. 415

Jean Cassien [mort vers 433], né aux Bouches du Danube, ayant vécu en Egypte et en Palestine, puis fait partie du clergé de Constantinople, s'installe près du tombeau de saint Victor à Marseille.

fin 418

Mort de Wallia. Théodoric 1er [mort en 451] devient roi des Wisigoths.
Théodoric tente d'accroître son royaume en Narbonnaise et en Espagne en 425, 430 et 435. Rome ayant besoin des Wisigoths, renouvelle le foedus en 430 et 439.

429

Les Bretons, pour lutter contre l'hérésie de Pélage, d'origine irlandaise [vers 360-vers 430], écrivent au pape pour obtenir son aide. Germain (futur saint Germain) [vers 380-448], comte impérial avant de devenir évêque d'Auxerre [4 juillet 418], et Loup (futur saint Loup [vers 400-479]) évêque de Troyes puis de Trêves, viennent en Bretagne – la Grande-Bretagne actuelle – pour aider les Bretons par leur parole et leurs actes. Avant de se rendre en Bretagne, ils s'arrêtent à Nanterre où ils rencontrent Geneviève – sainte Geneviève – qui deviendra la patronne de Paris. Certains récits de la vie de saint Patrick indiquent que Patrick fait partie de ceux qui accompa-gnent les évêques.
Germain prenant la tête de l'armée des Bretons gagnera une bataille contre les Pictes et les Saxons avant de retourner en Gaule.

430 ou 431

Aétius bat Clodion le Chevelu [mort vers 447], chef d'une tribu franque.

431

« La huitième année de son règne, Célestin [pape en 422-432], le pontife romain envoya Palladius [diacre romain probablement né en Bretagne d'une famille originaire de Gaule, mort vers 450] auprès des Scots [Irlandais] qui croyaient au Christ pour être leur premier évêque » [« Histoire ecclésiastique du peuple anglais » de Bède le Vénérable]. Palladius aborde l'Irlande près de Wicklow. Il reste peu de temps en Irlande où il aurait bâti trois églises.
Mort d'Honorius. Un haut dignitaire de la cour impériale, Jean l'Usurpateur, veut se faire proclamer empereur. Son ami Aétius, comte du palais, va chercher auprès de Roas et d'Attila des troupes pour aider Jean l'Usurpateur contre l'héritier légitime Valentinien III. Les 50000 cavaliers Huns commandés par Aétius arriveront après la mort de Jean l'Usurpateur. Ces troupes repartiront après avoir été payées et Aétius est nommé maître des Gaules par Galla Placidia au nom de son fils Valentinien III.
Les Bretons écrivent à Aetius pour demander l'aide de Rome contre les envahisseurs Pictes [se trouvant en Ecosse].

432

Le pape Célestin 1er envoie Patrick – saint Patrick [né en 387-460 ou 493] – pour prêcher en Irlande.
Patrick est le fils d'une famille romaine installée en Ecosse. Sa mère est apparentée à saint Martin de Tours. Dans sa 16ème année, il est fait prisonnier par des pirates irlandais qui le vendent comme esclave à un chef Irlandais dans le Dalriada. Pendant ses six ans de captivité il a appris les coutumes et la langue du pays. Il réussit à s'enfuir en Grande-Bretagne d'où il part pour le monastère de Saint-Martin de Tours puis pour celui de Lérins. Il participe probablement en 429 au premier voyage de Germain d'Auxerre en Bretagne.

447

Une nouvelle fois Germain et Loup vont en Angleterre pour lutter contre les Pictes et les Saxons.
Les Bretons écrivent à Aétius pour obtenir son aide contre les Scots et les Pictes. Mais Aétius devant assurer la sécurité de l'empire d'Occident contre les Huns ne peut répondre à cette demande.
Germain va ensuite auprès de la cour impériale à Ravenne pour plaider la cause des Armoricains. Il y meurt le 31 juillet 448.

448

Mérovée ou Merowig, roi des Francs. Il donne son nom à la première dynastie des rois francs.

449

Les Bretons font appel aux Angles et aux Saxons pour les aider contre les Pictes et les Saxons.

entre 450 et 456

Les Angles et les Saxons se retournent contre les Bretons qui les avaient appelés à l'aide.
Les Bretons vont progressivement être repoussés vers l'ouest de la Bretagne (la Grande-Bretagne actuelle) et s'installer en Armorique (la Bretagne actuelle).

fin 450

Attila va se mettre en marche contre l'empire d'Occident. Il va regrouper autour des Huns ses alliés: Hérules, Gépides, Ostrogoths, Akatzires, Gélons, ….
Attila essaie d'obtenir, sans succès, l'appui des bagaudes gauloises, des Francs et des Wisigoths.
Au total une armée de près de 450 000 hommes va se mettre en marche vers la Gaule.
Aétius appelle à l'aide les alliés de Rome dans la Gaule, les Wisigoths de Théodoric 1er, les Burgondes de Gondioc, les Francs de Mérovée et de Childéric, les Alains de Sangiban, les Armoricains. L'empereur Valenti-nien III ne donne que quelques légions à Aétius pour aller combattre les Huns et leurs alliés. Au total moins de 150 000 hommes.

451

L'armée des Huns et des allies prennent et détruisent Trêves, Laon, Reims et Metz le 7 avril 451.
L'armée d'Attila arrive devant Paris mais Geneviève pousse à la résistance les habitants. Finalement Attila préfère continuer sa route vers Orléans à la rencontre des armées d'Aétius et des Wisigoths.
Le 19 mai Attila commence le siège d'Orléans dont l'évêque est Aignan –saint Aignan. Le 20 juin, Aétius n'étant pas arrivé au secours de la ville, Aignan commence les discussions avec Attila pour a reddition de la ville en sauvant les habitants. Les portes de la ville sont alors ouvertes et les biens de valeur saisis. Le 23 juin les armées d'Aétius et du Wisigoth Thorismond sont face à celle d'Attila devant Orléans. Aétius réussit persuader Attila de quitter la Gaule sans combat. Après être passé devant Troyes où il prend l'évêque Loup comme otage, Attila continue sa route jusqu'à Châlons-en-Champagne suivit par les armées d'Aétius et de ses alliés. Là il décide de faire face à Aétius.

30 juin 451
- 5 juillet 451

Bataille des Champs Catalauniques (probablement entre Châlons-en-Champagne et Troyes): les Huns commandés par leur roi Attila sont battus
Mort du roi Wisigoth Théodoric 1er, qui commande l'aile droite, au cours des combats avec ses fils Thorismond [roi en 451-453] et Théodoric II [roi en 453-466].
Combien de morts au cours des combats? Certains historiens donnent le chiffre de 160 000 morts. Il faudra plusieurs semaines à l'évêque Loup de Troyes pour faire enterrer ou brûler tous les morts sur un champ de ba-taille occupant un carré d'environ 100 km de côté.
Attila décide de se retirer malgré la supériorité numérique de son armée. Aétius le laisse partir car ses alliés se sont retirés. A Ravenne, l'empereur Valentinien III le considèrera comme un traître pour ne pas avoir continué les combats contre Attila.

8 octobre 451

Ouverture du concile de Chalcédoine convoqué par l'empereur Marcien pour condamner les hérésies monophysites d'Eutychès et de Dioscore. Le pape Léon 1er refuse d'accepter le 28ème canon qui reconnaît la prééminence au siège de Constantinople.
Schisme entre les églises chrétiennes d'Orient et d'Occident.

452

Battue, l'armée d'Attila se retire et se dirige vers Buda. Puis Attila décide d'attaquer Rome avec l'aide des Ostrogoths, des Hérules, des Gépides.
Son armée prend et massacre la population d'Aquilée. Le pape Léon 1er [440-461] va au devant d'Attila et le convainc de se retirer. Ce qu'il fait le 8 juillet. Attila malade depuis plusieurs années meurt en mars 453.

21 septembre 454

Aétius, l'ancien ami d'Attila, est assassiné à Ravenne avec l'assentiment de l'empereur Valentinien III.

16 mars 455

Deux des lieutenants d'Aétius, Optila et Thraustila, probablement des Huns, vengent la mort d'Aétius en tuant l'empereur d'Occident Valentinien III.
Sa veuve Eudoxie fait alors appel à Genséric, roi des Vandales, pour se venger.

mai 455

Les Vandales débarquent en Italie.
Genséric prend Rome. Le pape Léon 1er le Grand doit accepter le pillage de Rome. Le sac de Rome dura 14 jours. Les Vandales quittent Rome avec leur butin et des milliers de captifs.
L'empereur Pétrone Maxime est tué à l'issue du sac de Rome. Genséric fait alors acclamer comme Auguste Avitus, beau-père de Sidoine Appolinaire. Mais ce dernier n'est pas reconnu par l'empereur d'Orient Marcien.

458

Childéric 1er [mort vers 481] fils de Mérovée, réunit autour de lui tous les Francs Saliens.

462

La Narbonnaise devient une province du royaume wisigoth.

476

Odoacre, fils d'un ministre d'Attila et roi des Hérules, envahit l'Italie. Sac de Rome. Il détrône le dernier empereur romain d'Occident Romulus Augustule, fils d'Oreste un des principaux conseillers d'Attila. Odoacre tue Oreste.
Chute de l'Empire romain d'Occident.

ca. 481

Mort de Childéric 1er roi d'une tribu de Francs Saliens près de Tournai. Son fils est Clovis 1er (« Khlodowig »=>Ludovicus en latin=>Louis en français) [465-roi vers 481-511].

486

Après avoir obtenu l'alliance de son parent Ragnacaire, roi franc de Cambrai, Clovis attaque le comte romain Syagrius et le bat à Soissons. Syagrius se réfugie auprès du roi wisigoth Alaric II. Ce dernier le livre à Clovis qui le fait égorger. Clovis prend possession des territoires placés sous l'autorité de Syagrius, d'abord jusqu'à la Seine, puis jusqu'à la Loire.

25 décembre 498

Baptême de Clovis à Reims par l'évêque Remi [437-533].[Remarque: l'année fait l'objet de discussions]

507

Le roi wisigoth Alaric II est battu et tué par Clovis à Vouillé. Le Toulousain est rattaché au royaume franc. La Narbonnaise Première appelée la Septimanie reste rattachée au royaume wisigoth. Elle comprend autour de l'archevêché de Narbonne les sept évêchés, Béziers, Agde, Maguelone, Lodève, Nîmes puis vers 570, Carcassonne et Elne.

27 novembre 511

Mort de Clovis 1er à Paris. Il est enterré à côté de la basilique des Saints-Apôtres (église Sainte-Geneviève) qu'il a faite construire. Son royaume est partagé entre ses fils: Thierry, Childebert, l'Orléanais à Clodomir [vers 495-524] et la Neustrie à Clotaire 1er [vers 497-561].

534

Début de la rédaction de la règle bénédictine par Benoît de Nurcie.

543

Naissance de Colomban –saint Colomban-dans la province de Leinster au sud-ouest de l'Irlande [ne pas confondre avec saint Colomba, fondateur de l'abbaye de Iona en Ecosse].

547

Mort de Benoît de Nursie – saint Benoît – à l'abbaye du Mont-Cassin. Il était né vers 480 à Nursie. Il avait fondé vers 529 l'abbaye du Mont-Cassin, berceau de l'ordre monastique des Bénédictins.

555

Colomban devient moine auprès de l'abbé Sinell de Clonard à Lough Erne, puis à Bangor dirigé par l'abbé Comgall.

568

Frédégonde [545-597], la concubine du roi Chilpéric 1er [539-roi de Neustrie en 561-584] fait assassiner sa femme Galswinthe pour se marier avec lui. Galswinthe est la sœur de Brunehaut, épouse de Sigebert 1er [535-roi d'Austrasie en 561-575].

ca. 570

Naissance de Mahomet, en arabe Muhammad, à La Mecque.

575

Frédégonde fait assassiner Sigebert 1er. Childebert II [570-roi d'Austrasie en 575-roi de Bourgogne et d'Orléans en 592-595] lui succède.

ca. 583

Colomban quitte l'abbaye de Bangor avec douze compagnons. Il aborde la Grande-Bretagne, probablement en Ecosse. Il reprend sa pérégrination, la « peregrinatio pro Deo » des moines Irlandais.

ca. 585

Colomban aborde le rivage des royaumes Francs près de Saint-Malo.
Il parcourt la Gaule. Il est accueilli par Gontran [vers 545-roi de Bourgogne en 561-592], fils de Clotaire 1er.
Gontran lui donne un domaine dans les montagnes vosgiennes, un ancien fort romain à Annegray (Voivre, Haute-Saône). Un nombre important de nobles et de paysans veut rejoindre le monastère. Colomban recherche un lieu où il puisse retrouver la solitude.

ca. 585

Colomban aborde le rivage des royaumes Francs près de Saint-Malo.
Il parcourt la Gaule. Il est accueilli par Gontran [vers 545-roi de Bourgogne en 561-592], fils de Clotaire 1er.
Gontran lui donne un domaine dans les montagnes vosgiennes, un ancien fort romain à Annegray (Voivre, Haute-Saône). Un nombre important de nobles et de paysans veut rejoindre le monastère. Colomban recherche un lieu où il puisse retrouver la solitude.

ca. 588

Naissance d'Eloi – saint Eloi – à Chaptelat près de Limoges.

590

Gontran offre à Colomban l'ancien fort gallo-romain de Luxeuil.
De nouveau, la réputation de Colomban attire de nombreux croyants.
Un troisième monastère est fondé à Fontaines.
Rapidement Colomban va rencontrer l'opposition des évêques. Il a oublié de demander l'autorisation de l'évêque de Besançon pour fonder ses monastères. Par ailleurs il applique des règles propres à l'église d'Irlande.
Il écrit les règles de son abbaye:
- la Regula monachorum: elle traite en dix chapitres des vertus monas-tiques et de la spiritualité,
- la Regula coenobialis, essentiellement un pénitentiel, subdivisée en deux parties:
- Regula coenobialis patrum en quinze chapitres,
- Regula coenobialis fratrum en quinze chapitres.

603

Concile de Châlon pour décider de la règle de fixation de la date de Pâques entre les Irlandais de Colomban et les évêques Francs qui appliquent le rite romain. Conformément à la règle de saint Patrick, Colomban n'acceptant pas la décision fait appel au pape Grégoire 1er le Grand [vers 540-pape en 590-604]. Il ne reçoit pas de réponse car le pape meurt en 604.
Colomban refusant l'autorité des évêques Francs sur les monastères qu'il a fondés, il entre en conflit avec l'église franque.

604

Thierry II et son frère Théodebert II battent le roi de Neustrie Clotaire II [roi de Neustrie en 584-629], fils de Chilpéric 1er et de Frédégonde, à Etampes.

607

Colomban rencontre la reine Brunehaut [534-613], femme de Sigebert 1er. La reine veut lui faire bénir les bâtards de son petit-fils, le roi de Bourgogne Thierry II [587-roi de Bourgogne en 595-roi d'Austrasie en 613-613]. Il refuse et condamne la vie dissolue de la cour. Il compare Brunehaut à Jézabel. Brunehaut se sentant humiliée lui causera des ennuis.

609

Naissance de Dadon – Ouen en français, saint Ouen – à Sancy près de Soissons.

610

Profitant de l'opposition des évêques francs à Colomban, Thierry II le somme de se plier aux usages du pays. Refusant d'accepter, il est emprisonné à Besançon. Il réussit à s'échapper et à retourner à Luxeuil.
La reine Brunehaut expulse Colomban et ses disciples Irlandais et Armoricains du royaume de Thierry II. Il est escorté par des soldats jusqu'à Nantes en passant par Besançon, Autun, Auxerre, Nevers, Orléans et Tours où il visite le tombeau de saint Martin. Partant vers l'Irlande, son bateau s'échoue. Il y voit un signe lui enjoignant de revenir. Traversant l'Armorique où règne le roi Judicaël dont il avait fait la connaissance de son conseiller Malo –saint Malo- à Luxeuil. Il arrive en Neustrie par Rouen et Soissons. Il se rend auprès du roi Clotaire II [584-629] qui l'invite à s'installer en Neustrie. Il passe par Meaux. Il est reçu par Authaire à Vulciacum (Ussy-sur-Marne). Les fils d'Authaire seront des familiers de Clotaire II et Dagobert 1er. L'un d'eux, Dadon, deviendra évêque de Rouen sous le nom de Ouen –saint Ouen. Son frère Adon fonde vers 630 sur un domaine familial l'abbaye Notre-Dame de Jouarre.
Il rencontre aussi Chagnaric, père de Faron (futur évêque de Meaux), de Cagnoald (futur évêque de Laon) et de Fara (future fondatrice de l'abbaye de Faremoutiers).
Il passe par l'abbaye d'Annegray où il confirme la responsabilité de saint Eustaise sur l'abbaye de Luxeuil. Il choisit les moines qui le suivront en Suisse et en Italie pour évangéliser les Alamans et les Suèves.

611

Colomban se rend à Metz auprès du roi d'Austrasie Théodobert II.
Colomban décide de continuer sa pérégrination par barque sur la Moselle vers Mayence, enfin il remonte le Rhin jusqu'à Bâle. Il rejoint ensuite le lac de Zurich.

612

Théodebert II est battu par son frère Thierry II à Toul et Tolbiac. Sur l'ordre de leur mère Brunehaut, Théodebert II et son fils Mérovée sont enfermés dans un monastère. Ils y seront assassinés.

612

Colomban part avec ses disciples s'installer sur le lac de Constance à Bregenz, sous la protection de Clotaire II.
Gall – Cellach – qui l'accompagne tombe malade. Il demande à Colomban de s'arrêter dans un endroit proche du lac de Constance. Après sa mort, le lieu de sa cellule deviendra l'abbaye de Saint-Gall.
Il quitte Bregenz et franchit les Alpes.
Ayant atteint le royaume des Lombards et Milan, Colomban demande asile à Agilulf, leur roi.

613

Thierry II est tué par Clotaire II. Brunehaut faite prisonnière est torturée puis trouve la mort attachée à la queue d'un cheval sauvage.
Clotaire II a reconstitué l'unité du royaume franc.
Ayant reçu la protection du roi des Lombards et de la reine Théodoline, Colomban demande une terre pour construire un monastère. Ce sera Bobbio.

614

Clotaire II demande à Colomban de revenir en Neustrie puisque ses ennemis sont morts.
Colomban préfère rester à Bobbio et laisse Luxeuil sous la protection du roi.

615

Naissance de Filibert [de Fili = très, bert = brillant => illustre] à Eauze (Gers) en Aquitaine. Il est le fils de Filibaud, fonctionnaire royal, comte avant de devenir évêque après la mort de sa femme.
Progressivement l'orthographe de son nom est devenu Philibert.

23 novembre 615

Mort de saint Colomban à Bobbio.

ca. 616

Naissance de Léger ou Leodegarius à Sarcinium (Saint-Léger). Il sera élevé au palais de Clotaire II et nommé diacre par son oncle Didon, évêque de Poitiers.

ca. 625

Dagobert 1er [roi en 629-639], fils de Clotaire II, fonde l'abbaye de Saint-Denis.

628

Premier privilège d'exemption connu accordé par la papauté à l'abbaye de Bobbio crée par saint Colomban. Cette exemption libère le monastère de la tutelle épiscopale.

ca. 629

Filibert reçoit son éducation à l'école du palais du roi Dagobert 1er. Il est destiné à la diplomatie mais il veut être moine. Il y fait la connaissance de Dadon-Ouen et d'Eloi. Eloi est l'orfèvre, l'argentier et un ministre de Dagobert 1er.

ca. 630

Adon fonde le monastère de Jouarre.

632

Eloi fonde le monastère de Solignac.

634

Dagobert 1er nomme son fils Sigebert III roi d'Austrasie [631-roi en 634-656]. Il règne sous la tutelle du maire du palais Grimoald.

636

Filibert devient moine à l'abbaye de Rebais (Seine-et-Marne).

19 janvier 639

Mort de Dagobert 1er. Il est le premier roi enterré à l'abbaye de Saint-Denis. Le royaume est divisé entre Clovis II [635-roi de Neustrie et de Bourgogne en 639-657] et Sigebert III.

13 mai 641

Eloi devient évêque de Noyon et Tournai. Ouen est nommé évêque de Rouen.

643

Sigebert III n'ayant pas d'enfant, il adopte Childebert, le fils de son maire du palais Grimoald.

649

Le roi Clovis II épouse une esclave anglo-saxone, Bathilde.
Fondation de l'abbaye de Fontenelle (Saint-Wandrille) par Wandrille.

650

Filibert devient abbé de Rebais à la mort de saint Aile qui avait dirigé l'abbaye depuis sa fondation en 615. Il décide d'appliquer strictement la règle de saint Colomban. Mais jugée trop sévère, il est chassé par les moines.

entre 650 et 654

Filibert va étudier les différentes règles monastiques à l'abbaye de Luxeuil puis de Bobbio.

651
- 653

Léger est abbé de Saint-Maixent.

ca. 652

Naissance de Dagobert II, fils de Sigebert III.

654

L'évêque de Rouen, Ouen –saint Ouen – demande à Filibert qu'il avait connu à l'école du palais de Dagobert 1er, de fonder une abbaye dédiée à saint Pierre à Jumièges sur des terres cédées par la reine Bathilde, femme de Clovis II [635-roi en 639-657].
Il y applique sa règle, proche de celle de saint Benoît.
Jumièges va devenir un haut lieu de spiritualité.

656

A la mort de Sigebert III, Grimoald exile le roi légitime Dagobert II [vers 652-roi en 656-679] pour mettre à sa place son fils Childebert l'Adopté.

657

A la mort de Clovis II, Léger devient précepteur des enfants royaux Clotaire, Thierry et Childéric et conseiller de la reine Bathilde pendant la minorité de Clotaire III [roi en 657-673], fils de Clovis II.

658

Ebroïn devient maire du palais de Neustrie.

1 décembre 659

Mort de saint Eloi, évêque de Noyon et Tournai.

660
- 670

Les Vascons s'allient avec les Aquitains pour recréer l'ancien royaume de Toulouse. Lupus ou Loup est à la tête du royaume.

ca. 662

Assassinat de Grimoald et de Childebert l'Adopté.

663

Léger est nommé évêque d'Autun avec l'appui de la reine Bathilde.

667

Filibert fonde le couvent de femmes de Pavilly dont il confie la direction à sainte Austreberthe.

673

Léger prend le parti de Childéric II [vers 650-roi de Bourgogne en 673-675] pour la succession de Clotaire III. Le maire du palais Ebroïn prend le parti de son frère Thierry III [roi de Neustrie en 673-roi de Bourgogne en 675-690]. Childéric II l'emporte. Ebroïn doit se réfugier à l'abbaye de Luxeuil.

ca. 675

L'Aquitaine devient une principauté indépendante.

675

Childéric II fait conduire Léger à l'abbaye de Luxeuil car il se méfie de lui. Il y retrouve Ebroïn.

675
- 676

Léger passe deux ans d'exil à Fécamp.

septembre 675

Childéric II est assassiné par Bodilon.
Ebroïn reprend le contrôle de la mairie du palais. Il tente d'imposer un imposteur, Clovis, comme roi.
Léger prend alors le parti de Thierry III.
Ebroïn persuade des seigneurs d'assiéger la ville d'Autun. L'évêque préfère se rendre pour épargner la ville. Les soldats lui arrachent les yeux.

676

Dagobert II est appelé sur le trône d'Austrasie après son exil de 656.

octobre 676

Ebroïn fait venir Léger avec son frère Guérin au palais de Thierry III pour l'accuser du crime de Childéric II.
Ebroïn fait lapider Guérin puis torturer et arracher la langue de Léger.
Léger se réfugie dans un monastère de femmes à Fiscommum.

677

Filibert s'oppose au maire du palais de Neustrie Ebroïn. Il lui reproche sa conduite scandaleuse vis-à-vis de l'évêque d'Autun, Léger: après lui avoir fait crever les yeux, il avait ordonner de lui couper les lèvres et la langue de son adversaire.
Ebroïn fait discréditer Filibert auprès de l'archevêque de Rouen en lui faisant parvenir une fausse lettre de lui. Celui-ci, partisan d'Ebroïn, le fait emprisonner. Puis Ouen se rendant compte de la calomnie, il le fait libérer.
L'évêque de Poitiers Ansoald – qui fait partie du duché d'Aquitaine alors quasiment indépendant - lui confie une mission d'évangélisation dans la région située entre le sud de la Bretagne et le Poitou.
Il lui donne l'île de Hério (Her ou Héri) – aujourd'hui Noirmoutier – et le domaine agricole de Déas – aujourd'hui Saint-Philibert-de-Grand-Lieu.
Filibert fonde le monastère de Noirmoutier. Il organise la mise en valeur de l'île: marais salants, vignes, vergers, terres céréalières et ports.
Il rachète les esclaves pour les libérer.

3 octobre 678

Ebroïn fait décapiter Léger.

679

Assassinat de Dagobert II.

ca. 680

Meurtre d'Ebroïn.
Pépin II d'Herstal [vers 635-714] devient maire du palais d'Austrasie.
A la demande de Ouen, Filibert revient à Jumièges. Ansoald lui demande de revenir à Noirmoutier. Il choisit son successeur à Jumièges et revient à Noirmoutier.
Mort de la reine Bathilde au monastère de Chelles qu'elle avait fondé et où elle s'était retirée en 664.

684

Au cours d'un voyage à Jumièges, Filibert fonde le monastère de femmes de Montivilliers.

24 août 684

Mort de saint Ouen à Clichy.

20 août 685

Mort de Filibert à Noirmoutier « au milieu des pleurs du peuple et de la joie des anges ».
Son corps sera déposé dans un sarcophage en marbre bleu et gris pesant près de 2 tonnes.

687

Bataille de Tétry perdue par les Neustriens de Thierry III.
Pépin II de Herstal devient maire du palais de Neustrie et réunit le royaume Franc.

ca. 688

Naissance de Charles Martel, fils de Pépin II de Herstal.

732

Bataille de Poitiers contre les Arabes. Charles Martel soumet ensuite l'Aquitaine.

752

L'île de Noirmoutier est saccagée par les Sarrasins. Les moines relèvent les ruines rapidement.

8 juin 793

Le premier raid connu des Vikings s'abat sur le monastère de Lindisfarne au nord de l'Angleterre. Sac de l'abbaye et meurtre de nombreux moines. Cette attaque a un retentissement important dans l'Europe chrétienne.

799

Début des attaques vikings sur les côtes bretonnes et vendéennes. Les Vikings sont signalés aux abords de l'île de Noirmoutier.

815

Les moines décident de construire une installation leur servant de repli en cas d'incursion de Vikings. Début de la construction de l'abbaye de Déas (Saint-Philibert-de-Grand-Lieu).

817

Louis le Pieux promulgue le Capitulaire « Ordinatio imperii ». Il associe son fils Lothaire au gouvernement de l'Empire. Ses autres fils reçoivent chacun une part de l'empire à gouverner, Pépin 1er devient roi d'Aquitaine et Louis II le Germanique reçoit le royaume de Bavière ils sont subordonnés à Lothaire.

819

L'église abbatiale de Déas est construite avec trois nefs aboutissant à un transept formant la traverse de la croix. Une chapelle plus large que la nef centrale occupe la partie supérieure de la croix.
Il en subsiste aujourd'hui les murs du transept et une partie du mur nord de la nef.
L'abbatiale est aussi une église paroissiale. Un panneau de bois sépare le chœur réservé aux moines de la nef où se rassemblent les fidèles.
Attaque de Vikings contre Noirmoutier.

16 mars 819

Capitulaire de Louis 1er le Pieux, empereur des Francs, autorisant les moines de Déas à entourer leur abbaye de douves et à construire un pont sur la Boulogne:
« Au nom de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ, Louis, par la disposition de la divine providence, empereur auguste. Que tous nos fidèles sujets présents et futurs sachent que le vénérable abbé du monastère de Saint-Philibert, situé sur l'île dite Hério, à cause des incursions barbares qui ravagent le monastère, même, a bâti de notre consentement et avec notre secours un nouveau monastère dans un lieu nommé Déas au pays d'Herbauges. Désirant pour la commodité de la nouvelle maison et de la communauté qui l'habite, y conduire l'eau de la Boulogne, il a prié la clémence de notre majesté de vouloir bien lui concéder le passage de l'eau à travers la dite voie pavée ou chaussée, afin qu'elle puisse arriver au monastère, maintenant comme plus tard, sans obstacle. Nous avons donné notre consentement à cette demande qui nous a paru juste et utile pour le monastère, et permis d'établir une voie d'eau à travers la chaussée à condition qu'on y fit un pont au-dessus pour en assurer un passage facile. C'est pourquoi nous défendons à qui que ce soit maintenant et dans l'avenir, d'apporter obstacle, entrave et discrédit quant à cette entreprise des Supérieurs du monastère et à propos de ce canal, nous voulons que ce que nous accordons demeure stable, inébranlable pour toujours. Et que pour cet ordre demeure à jamais durable, nous le faisons marquer de notre Sceau. »

820

L'île de Bouin à l'Est de Noirmoutier, aujourd'hui à l'intérieur des terres, est mise à sac d'après les Annales royales franques rédigées par Eginhard.

824

Les Vikings occupent l'île de Noirmoutier.

830

Début des troubles dans l'Empire carolingien dus à l'affrontement entre l'empereur Louis le Pieux et ses fils.
Les moines de Noirmoutier décident de fortifier leur abbaye. Ermentaire, jeune moine à Saint-Philibert de Noirmoutier écrit dans les « Translations et miracles de saint Philibert »: « les Normands répandaient sans cesse l'épouvante dans l'île, infligeaient aux habitants des pertes sensibles et les tourmentaient de toutes manières. »

20 août 835

Les Annales d'Angoulême signalent un débarquement viking à Noirmoutier. Renaud, comte d'Herbauges, les attaque par surprise et réussit à les repousser.

836

Les moines doivent admettre que le monastère Saint-Philibert à Noirmoutier n'est plus sûr. Ils décident de l'abandonner.
Marseille est pillée par les Sarrasins.

7 juin 836

Ermentaire rédige à la demande de l'abbé Hilbod le récit de la translation du sarcophage de saint Philibert du monastère de Noirmoutier à celui de Déas, les « Translations et miracles de saint Philibert » [il existe trois exemplaires de ce texte du 9ème siècle: un premier se trouve à la bibliothèque municipale de Tournus, le deuxième à la Bibliothèque nationale de France, le dernier à la Bibliothèque Vaticane]:
« Le très saint corps avec le vénérable tombeau qui le renferme est élevé de terre au milieu des chants de triomphe. Placé sur un bateau il est bientôt poussé par un vent de nord-ouest qui l'emporte rapidement au port de La Fourche. Là il est placé sur les épaules des prêtres et de moines qui le conduisent à la Villa de l'Ampan (en Beauvoir-sur-Mer) …
« On demeura trois jours à l'Ampan.
« Ce délai passé, le cortège se remis en marche dans la direction du village de Varnes en suivant la voie romaine …
« Le cortège passa la nuit à Paulx et là encore plusieurs miracles furent accomplis. Dès l'aurore on se mit en route pour le monastère de Déas … »

11 juin 836

« Lorsque nous y fûmes arrivés et que le tombeau eût été déposé au centre de la croisée, les foules entrèrent à leur tour. Alors eut lieu la célébration solennelle de la sainte messe, après laquelle les fidèles se livrèrent à leur dévotion particulière. »
L'église n'est pas prévue pour recevoir un tombeau. Celui-ci est d'abord placé dans le bras sud du transept.
L'église étant celle d'un monastère soumis à la clôture, les moines délibèrent pour savoir comment satisfaire la piété des foules et s'ils pouvaient admettre la présence des femmes dans l'église. Il fut décidé que les femmes seraient admises pendant un an à partir de la fête de saint Filibert, le 20 août 836.
L'abbé Hilbod décida de faire des travaux pour séparer l'église de la foule des croyants venant exprimer leur dévotion à saint Filibert.
Ermentaire écrit: « Les fondements de cette église n'avaient pas été primitivement jetés pour recevoir une sépulture … ».
Toute la partie de l'église au-delà de la croisée du transept est détruite.
Le moine Ermentaire écrit: « C'est alors que par les soins du vénérable abbé Hilbod, la face du premier front ayant été détruite et tout ce qui est de la partie supérieure de la croix ayant été complètement renversé, grandement augmenté, et le lieu de la sépulture admirablement voûté, on a ajouté également trois absides. »
Une crypte fermée ou confession est alors aménagée sous l'abside dans laquelle le tombeau est placé. Les fidèles ne peuvent y accéder que par une petite ouverture, une « fenestella » à partir d'un déambulatoire qui en fait le tour.
Ermentaire écrit: « Derrière et au-dessous du grand autel, est une petite chapelle voûtée dédiée à sainte Anne. Aux deux côtés de celle-ci, il y a deux autres petites chapelles aussi voûtées … ». La fenestella donne donc sur la chapelle sainte Anne.
Au-dessus, au niveau de l'église, est placé l'autel majeur, à la manière des premières églises de Rome. Les trois ouvertures qu'on voit aujourd'hui étaient à l'origine masquées par l'escalier menant à l'autel majeur.

20 août 836

Fête de saint Filibert, premier jour de l'année jubilaire. On dresse une croix à une certaine distance de la porte extérieure du monastère, indiquant la limite que ne pourraient plus franchir les femmes après un an d'accès au tombeau de saint Filibert.

15 mai 841

Les Vikings sous la direction du chef Oschar prennent et incendient la ville de Rouen puis l'abbaye de Jumièges.

25 juin 841

Bataille de Fontenay-en-Puisaye. Victoire de Charles II le Chauve et Louis le Germanique sur leur frère, l'empereur d'Occident, Lothaire 1er.

14 février 842

Serment de Strasbourg. Louis le Germanique et son frère Charles II le Chauve s'unissent contre leur frère Lothaire 1er. C'est le plus ancien texte en français et en allemand qui ont été utilisés au lieu du latin pour être mieux compris par les troupes.

24 juin 843

Un comte rebelle à l'autorité de Charles le Chauve, Lambert, aide le chef breton Nominoë à attaquer et prendre Nantes en 841. La ville est alors laissée avec des défenses réduites (l'enceinte est partiellement détruite). Le jour de la fête de la Saint-Jean, les Vikings surprennent la ville à l'aube. Une partie de la population est massacrée. L'évêque Gunhard, devenu saint Gohard, est massacré dans la cathédrale avec la population qui est venue s'y réfugier. L'autre partie est amenée en esclavage. La ville est pillée.
Les Vikings passent l'hiver sur l'île de Noirmoutier.

août 843

Traité de Verdun qui consacre la division de l'Empire entre Lothaire 1er, Louis le Germanique et Charles II le Chauve. Lothaire conserve le titre impérial.

28 mars 845

5 000 Vikings sous la direction de Ragnar Lodhbrock s'installent à Rouen puis remontent la Seine et entrent dans Paris. Ils quittent la ville après paiement d'un tribut de 7 000 livres par le roi Charles II le Chauve.

847

Les Vikings dévastent le monastère de Déas. Les moines s'enfuient vers Cunault. Avant de partir ils ont muré les ouvertures de la crypte.

après 847
- 853

Après le départ des Vikings, la nef centrale est reconstruite avec de grosses piles cruciformes. La nef est précédée d'un porche. C'est probablement pour conforter les piles de la nef que les moines leur donne leur forme en croix.

9 janvier 852

Les Vikings incendient l'abbaye de Fontenelle (Saint-Wandrille). Ils sont commandés par le chef Oschar. Ils étaient arrivés dans la vallée de la Seine le 13 octobre 851. Ils en partent le 5 juin 852 après avoir pillé la Neustrie.

853

Les Vikings s'emparent de nouveau de Nantes. Ils restent présents pendant près de 75 ans sur l'île de Bièce face à la ville.

mai 853

Les Vikings incendient Luçon et dévastent le nord du Poitou.

855

Les Vikings sous la direction du chef Sidricus (en norrois Sigtryggr) lancent une expédition contre Poitiers. La riposte des Aquitains va entraîner des pertes sévères chez les Scandinaves.

856

Les Vikings atteignent Clermont-Ferrand. Ils incendient la cathédrale Notre-Dame-du-Port.

28 décembre 856

Les Vikings prennent et incendient Paris.

ca. 858

Les moines reviennent à Déas pour chercher les reliques de saint Philibert. Elles sont déposées dans un sac en cuir et emportées après une longue pérégrination jusqu'à l'abbaye de Tournus. Seul le sarcophage reste à Déas. Les ouvertures sont murées et les galeries de la confession sont remblayées. Des dalles hermétiques jointes protègeront le sarcophage.
Le départ prolongé des moines fera oublier le tombeau pendant 10 siècles.
Les moines se retirent d'abord à Cunault.

860

Les Vikings, après avoir contourner l'Espagne, s'installent en Camargue. Ils remontent la vallée du Rhône et attaquent Arles et Valence. Ils sont arrêtés par Girard comte de Vienne [appelé Girard de Roussillon dans les chansons de geste].

861

Les Normands pillent Paris.
Charles II le Chauve nomme Robert le Fort, fils de Robert III de Worsgau et Oberrheinsgau, comte de Paris, d'Angers et de Tours. Il lui confie la défense de la Neustrie. Il est l'arrière grand–père d'Hugues Capet, le fondateur de la dynastie des Capétiens.

861
- 862

Premières assemblées des grands du royaume par Charles II le Chauve pour organiser la défense du royaume contre les Vikings.
L'organisation de la défense en Neustrie – restauration des enceintes de Tours, du Mans, de Chartres, de Poitiers, d'Orléans, de Paris et construction du pont de Pîtres à hauteur de Pont-de-l'Arche pour barrer la Seine – va amener les Vikings à transférer leurs opérations en Aquitaine puis contre l'Angleterre.

entre 862 et 870

Les moines se sont retirés à Messais, au sud de Loudun.

865

Une armée mi-bretonne, mi-viking s'empare du Mans puis déferle en 866 sur le Poitou.

15 septembre 866

Victoire de Brissarthe au nord d'Angers. Robert le Fort meurt au cours du combat qu'il remporte contre des Vikings de la vallée de la Loire.

867

Le roi Charles le Chauve s'entend avec le roi de Bretagne Salomon. Il lui confie la défense contre les Vikings d'une grande région allant de la baie des Veys jusqu'à la Loire en lui donnant le Cotentin et l'Avranchin sauf les évêchés qui restent sous le contrôle royal.

871

Les moines pour se protéger des Vikings s'installent aux portes de l'Auvergne, peut-être à Goudet-en-Velay.

872
- 875

Les moines et les reliques de saint Philibert séjournent à Saint-Pourçain-sur-Sioule.

19 mars 875

L'abbaye Saint-Valérien et ses dépendances ainsi que la ville de Tournus et son castrum sont cédés par l'empereur Charles II le Chauve à la communauté des moines de Saint-Philibert de Noirmoutier.

mai 875

Les moines de Saint-Philibert s'installent à Tournus. Tournus devient l'abbaye-mère des moines Philibertins [voir: Tournus – Abbatiale Saint-Philibert].

876

Le pape Jean VIII confirme la possession du monastère de Tournus aux moines de Saint-Philibert.

14 juin 877

Capitulaire de Quierzy. Charles II le Chauve, appelé par le pape Jean VIII [pape en 872-882] pour sa défense contre les Sarrasins, assure les Grands de l'Empire de la conservation de leurs titres et leur transmission à leurs descendants pour les amener à participer à cette opération en Italie.

6 octobre 877

Mort de Charles II le Chauve en Savoie à son retour de Rome. Son fils Louis II le Bègue [846-879] est sacré roi le 8 décembre.

10 avril 879

Mort de Louis II le Bègue. Ses fils Louis III [vers 863-882] et Carloman [mort en 884] se partagent le royaume.

ca. 882

Eudes, fils de Robert le Fort devient comte de Paris.

décembre 884

Mort accidentelle de Carloman. L'empereur Charles III le Gros devient roi de Francie occidentale. Il assure la régence pour Charles III le Simple [879-couronné roi en 893-seul roi en 898-détrôné en 922-929], fils posthume de Louis II le Bègue.

25 novembre 885

Une armée de 40 000 Vikings embarqués sur 700 grands bateaux et 1 000 plus petits mettent le siège devant Paris. La résistance de Paris est dirigée par le comte Eudes, l'évêque Gauzlin et Eble abbé de Saint-Germain-des-Près. Le récit du siège « Bella Parisiacae urbis » est rédigé par Abbon, moine de Saint-Germain-des-Près en 896.

octobre 886

Fin du siège de Paris. L'empereur Charles III le Gros [839-empereur en 881-roi d'Italie en 882-roi de France en 884-détrôné en 887-888] préfère payer une rançon 7 000 livres d'argent pour libérer la ville plutôt que de livrer combat.
Les Vikings sont autorisés par l'empereur à piller la Bourgogne. Sa conduite face aux Normands entraînera sa déposition en 887 comme roi de Germanie. Seule sa mort le 13 janvier 888 lui évitera le même sort en Francie occidentale.

29 février 888

Les Grands du royaume de Francie occidentale écartent le carolingien Charles III le Simple, du royaume et élisent comme roi de Francie occidentale le comte de Paris, Eudes.
Son frère Robert devient marquis de Neustrie.

ca. 894

Richard le Justicier fonde le duché de Bourgogne.

1 janvier 898

A la mort du roi Eudes, Charles III le Simple devient le seul roi de Francie occidentale.

28 décembre 898

Charles III le Simple bat les Normands qui doivent évacuer la Bourgogne.

903

Les Vikings incendient la basilique Saint-Martin de Tours.

909

Fondation de l'abbaye de Cluny par Guillaume le Pieux.

911

Le chef Viking Rollon [mort en 931] est sévèrement battu devant Chartres. Il accepte alors de signer le traité de Saint-Clair-sur-Epte avec le roi Char-les III le Simple [879-roi en 898-détrôné en 923-929]:
- Rollon et ses hommes doivent se convertir au christianisme,
- il se marie avec Gisèle, fille du roi Charles et s'engage à protéger la Francie occidentale des invasions vikings,
- il peut s'installer avec ses hommes entre l'Epte et l'embouchure de la Seine,
- le roi lui permet de conquérir le territoire qui se trouve aux confins de la Bretagne qui avait été donné en garde par Charles II le Chauve au roi de Bretagne Salomon en 867.

915

Raid des Hongrois en Alsace, Lorraine et Bourgogne.

919

Un chef norvégien, Ragenold, s'empare de Nantes. Il tente d'en faire la capitale d'un territoire en profitant de la mort en 907 du roi de Bretagne Alain le Grand.

922

Mort du duc de Bourgogne Richard 1er. Son fils Raoul lui succède.

30 juin 922

Robert 1er, frère d'Eudes, est couronné roi de Francie occidentale. Avec les Grands du royaume, il s'est révolté contre Charles III le Simple qui a dû se réfugier en Lorraine.

15 juin 923

Bataille de Soissons. Charles III le Simple est battu par Robert 1er et les Grands du royaume. Robert 1er est tué au cours des combats. Charles III est fait prisonnier et destitué. Raoul [mort en 936], duc de Bourgogne, est élu roi de France. Louis IV d'Outremer [vers 921-roi en 936-954], fils de Charles III se réfugie avec sa mère en Angleterre.

937

Le roi de Bretagne Alain II Barbetorte [mort en 952] reprend Nantes et en fait sa capitale.
Les Hongrois ravagent la Bourgogne et Tournus.

939

Les derniers Vikings sont expulsés de Bretagne.

Milieu du 10ème siècle

Des moines reviennent à Déas pour gérer les biens de l'abbaye.
Les moines ne seront jamais plus de 6.
L'abbaye devient un prieuré dépendant de l'abbaye de Tournus

21 mai 987

Mort accidentelle du dernier roi de France carolingien, Louis V.

1 juillet 987

Les Grands du royaume élisent le duc des Francs Hugues Capet, roi de France. Il fonde la dynastie capétienne.
Il est couronné le 3 juillet.

1119

Déas prend le nom de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu.

15ème siècle

Un clocher de bois est placé au-dessus du porche d'entrée de l'église.

26 juillet 1580

Les troupes protestantes de Montaigu pillent et dégradent l'église.
Les Protestants détruisent le chœur, le porche et son clocher.

début 17ème siècle

Des prêtes remplacent les moines. L'église est devenue paroissiale. Reconstruction des bâtiments du prieuré.

1693

Une expertise faite à la demande du prieur indique que les bâtiments sont en mauvais état.

1762

Restauration des bâtiments du prieuré.

1790

La maison communale est installée dans l'Auditoire du prieuré.

8 novembre 1791

Le prieuré est adjugé pour la somme de 10 000 livres.

26 novembre 1793

L'un des derniers chapelains de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, Charles Giraud, ayant refusé de prêter serment à la constitution civile du clergé est amené à Nantes par Carrier. Il périra noyé dans la Loire.
L'église est transformée en magasin pour fourrage puis en dépôt de munitions. Cependant l'église a eu à souffrir de l'absence d'entretien.

1796

Retour à la paix en Vendée.

1802

Après le Concordat, l'église sert au culte paroissial jusqu'à la construction d'une nouvelle église, 300 m plus loin, en 1870.

1865

Le sarcophage de saint Philibert est découvert dans la crypte.

1870

La nouvelle église construite dans le style gothique remplace l'abbatiale comme église paroissiale.
L'abbatiale est transformée en marché aux poulets.
Les fenêtres carolingiennes sont mutilées. Il est décidé en effet d'abaisser les murs de l'abbatiale de 3 mètres environ car d'importantes fissures étaient apparues.
La charpente et la toiture sont refaites. Seize verrières permettent d'éclairer le bâtiment.
Le clocher en bois est détruit.

1898
- 1904

Fouilles et restaurations de l'église.

1936

Fêtes marquant le 11ème centenaire du transport des reliques de saint Philibert à Saint-Philibert-de-Grand-Lieu. L'église est rendue au culte. Une relique de saint Philibert est placée dans le sarcophage.

début 1993

Le prieuré est racheté par la commune.

Intervenants

Pour l'instant aucune information est disponible à propos des participants (personnes ou entreprises) dans ce projet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

Informations internes
Structure-ID: s0020470
Créée le 15.04.2006
Modifié le: 07.10.2013