• de
  • en
  • fr
  • Base de données internationale du patrimoine du génie civil

Canal du Midi

Informations générales

Fonction / utilisation: Canal
Autre nom(s): Canal des Deux-Mers
Construit: 1660 - 1681
Etat: en service

Informations géographiques et ouvrages pertinent

km Nom

Informations techniques

Dimensions

longueur totale 240 km

Coût

coût de construction livres 5 000 000

Chronologie

1539

A la demande du roi François Ier, Nicolas Bachelier, architecte toulousain, étudie le projet d'amener la Garonne jusqu'à Narbonne.
Une commission reconnaît que le seuil de Naurouze un point de passage entre les versants atlantique et méditerranéen.
Adam de Craponne étudie un projet de canal reliant l'océan Atlantique à la Méditerranée.

1563

Henri Ier de Montmorency, gouverneur du Languedoc, visite la côte du Languedoc pour construire un port. Il choisit le site de Sète où les travaux dureront de 1596 à 1605.

1598

Nouveau projet de canal par P. Reneau. C'est un canal à point de partage entre la Garonne et lAude. Le seuil de Narouze est alimenté par lAriège.

12 janvier 1618

Un nouveau projet de canal est proposé par Bernard d'Arribat de Béziers aux états du Languedoc. Guillaume Riquet, père de Pierre Paul Riquet, fait partie de ceux qui s'opposent au projet. Les Riquet sont une famille d'origine florentine, les Arrighetti, installés en France depuis le 13ème siècle qui franciseront leur nom progressivement en Riquetti puis Riquet.

1633

Nouveau projet de canal.

1652

Riquet acquiert le château de Bonrepos près de Verfeil, dans la paroisse de Saint-Jean-de-Montagne, dans la Montagne Noire. Riquet parcourt la montagne avec le fontainier Pierre Campmas.
Il imagine de canaliser les eaux de la Montagne Noire pour les amener au seuil de Naurouze. Il fait des maquettes au château de Bonrepos.

avant 1660

François Andréossy voyage en Italie du Nord où il voit les écluses presque circulaires de la Brenta.

15 novembre 1662

Pierre-Paul Riquet adresse un mémoire à Colbert donnant les grandes lignes d'un projet de construction d'un canal permettant de relier l'océan Atlantique à la mer Méditerranée.

18 janvier 1663

Arrêt du Conseil du Roi créant une commission d'experts comprenant:

  • H. Bourtheroüe de Bourgneuf, seigneur du canal de Briare
  • Louis Nicolas de Clerville, commissaire général des fortifications de France

1665

La commission donne un avis favorable mais demande à Riquet la construction d'une rigole d'essai.

octobre 1665

Pierre-Paul Riquet creuse une rigole d'essai pour amener l'eau de la Montagne Noire au Seuil de Naurouze.
La commission conclut à la faisabilité du canal.

1666

Le chevalier Louis Nicolas de Clerville (mort en 1677), ingénieur militaire, rédige le devis de la «première entreprise» du canal: construction des rigoles d'alimentation, des réservoirs et du canal de Toulouse jusqu'à Trèbes.
Il estime à 3,5 millions de livres le coût de ce premier tronçon.
Riquet propose à Colbert de financer personnellement les travaux contre la jouissance pour 10 ans des Fermes des gabelles du Languedoc et la pleine propriété du canal, érigé en fief familial, avec tous les droits qui en découlent.

5 octobre 1666

Un simulacre d'appel d'offres adjuge le marché à P.-P. Riquet comme entrepreneur et propriétaire du fief nouvellement créé.

5 octobre 1666

Édit de Saint-Germain-en-Laye du roi Louis XIV ordonnant l'exécution du canal.

1667

François Andréossy, ingénieur adjoint de Riquet, publie des plans du canal sous le titre «Carte du canal du Languedoc» en s'attribuant la conception du projet. Riquet fait part à Colbert de son mécontentement.

1667
- 1674

Construction du canal de Toulouse (à 132 m) à Castelnaudary en franchissant le seuil de Naurouze (à 194 m). Construction des rigoles d'alimentation de la Montagne Noire et de la Plaine qui captent les eaux de la Montagne Noire, des réservoirs du Lampy et de Saint-Ferréol (1667 à 1672 par P.-P. Riquet).

15 avril 1667

Pose de la première pierre de la digue de barrage de Saint-Ferréol en présence de l'archevêque de Toulouse.

29 juillet 1667

Bénédiction de la première pierre du Port Saint-Louis au Cap de Sète. Sète est choisie comme extrémité du canal en Méditerranée.

17 novembre 1667

Le Parlement de Toulouse, les capitouls de la ville et l'archevêque, Mgr d'Anglure de Bourlemont, assistent à la pose de deux premières pierres de l'écluse de Bazacle.
Jusqu'à 12 000 hommes travailleront à la construction du canal.

1668

Nouvel appel d'offres pour la «deuxième entreprise»: prolongement du canal de Trèbes à la mer Méditerranée. Le canal est creusé à flanc de pente en suivant les courbes de niveau. Il est supporté côté pente par un remblai provenant de l'excavation. Sur les 58km de la Grande Retenue le canal est maintenu sans écluse à l'altitude de 31,54m entre les écluses de Fonséranes, près de Béziers, jusqu'à celle d'Argens.

1669

Nouvel appel d'offres pour la construction du port de Sète.

1670

Mise en eau du canal de Toulouse à Castenet.

1673

Fin des travaux du premier tronçon à Trèbes de 110 km de long.

1674

Mise en eau du canal jusqu'au seuil de Naurouze, puis jusqu'à Castelnaudary.

1676

Construction du pont-canal du Répudre.
Fin de la construction du canal entre Béziers et l'étang de Thau.

1679

Le canal arrive devant la colline d'Ensérune au lieu-dit Le Malpas.
Riquet prévoit de construire un tunnel dans un sol fait d'un tuf sablonneux plutôt que de traverser l'Aude comme demandé par le chevalier de Clerville. Le terrain ayant tendance à s'ébouler, Riquet reçoit l'ordre de s'arrêter et d'attendre les commissaires royaux.
Il fait alors creuser secrètement une galerie d'essai par le maître maçon Pascal de Nissan pour montrer la faisabilité du projet. La galerie est creusée en moins de 8 jours avec une voûte cimentée.
Riquet fait alors visiter le tunnel à la leur des flambeaux à l'intendant d'Aguesseau qui constate la réussite de l'opération.

1 octobre 1680

Mort de Pierre-Paul Riquet criblé de dettes. Mais son oeuvre est presque terminée.

1er trimestre 1681

Fin de la construction du canal entre Castelnaudary et Béziers par ses deux fils, Jean Mathias, baron de Bonrepos, et Pierre Paul, comte de Caraman.
Longueur du canal: 240 km, construit en 14 ans par 10.000 à 12.000 ouvriers.

15 mai 1681
- 25 mai 1681

Inauguration du canal. La barque amirale, suivie d'une vingtaine de barques chargées de produits étrangers, fait la première visite et inspection du canal. Elle comprend l'intendant du Languedoc d'Aguesseau, le commis à la surveillance des travaux La Feuille, l'ingénieur François Andréossy et la famille Riquet.

19 mai 1681

Monseigneur de Bonzy, archevêque de Narbonne bénit les embarcations à Castelnaudary.

1681

Mais le canal a été achevé trop rapidement. Il a dû être mis à sec pour terminer certains ouvrages.

1683

Remise en eau du canal.

31 mars 1683
- 9 avril 1683

Deuxième navigation officielle constatant la perfection du canal.

1684

Réception des travaux par l'intendant d'Aguesseau.
Les fils Riquet sollicitent lavis de Vauban. Il vient visiter le canal qu'il qualifie «sans contredit le plus beau et le plus noble ouvrage de cette espèce jamais entrepris».

1685

Le canal est ensablé et de nombreux ouvrages se dégradent.
Vauban rédige un rapport. Il fait modifier le tracé et construire de nouveaux ouvrages.

1686
- 1689

Vauban étudie un projet d'amélioration du canal. Pour pallier au manque d'eau il propose de prolonger de 7200 m la rigole de la Montagne vers le bassin de Saint-Ferréol en creusant la percée de Cammazes de 120 m de long.

mars 1686

Visite de Vauban puis rapport au roi dans lequel il fait l'éloge de l'aqueduc du Répudre et obtient d'en multiplier l'usage aux frais du roi.

1687
- 1693

Un chantier est rouvert sous les ordres d'Antoine Niquet, ingénieur général des fortifications de Provence et du Languedoc et de Jean-Baptiste Minet, ingénieur chargé de la direction des ouvrages.

1688

Pont-canal de Trèbes sur l'Orbiel construit sur les plans de François Andréossy. Il a trois arches, et "est assez large pour faire passer deux barques de front... On a rempli les reins de la voûte par de bonnes maçonneries pour mettre tout de niveau; ensuite on y a étendu une couche de ciment, pour que les eaux passant dessus le pavé qui sert de lit au canal, ne pussent pas transpirer au travers des arches dont elles eussent causé la ruine sans cette précaution" (Jérôme de la Lande - Des canaux de navigation ey spécialement du canal du Languedoc, Veuve Desaint - 1778).

1688

Début de la construction d'un canal de jonction entre le canal du Midi et le canal de la Robine par Antoine de Niquet. Mais les travaux sont interrompus.

1689
- 1960

Construction du pont-canal de la Cesse sur les plans de Vauban par le maître-maçon Jean Goudet.

1693

Epanchoir de surface d'Argent-Double (Laredote-Aude) construit par Jean David, maître maçon de Béziers.

1694

Epanchoir à fond des Patiasses en amont du pont-canal de la Cesse.

1695
- 1713

Henri (ou Hubert) Gautier travaille au canal du Midi sous les ordres de Niquet.

1736

Le canal de Jonction avec la Robine est remis à l'ordre du jour. L'opposition des villes de Béziers, Agde et Sète bloque le projet.

octobre 1766

Des fortes pluies, en gonflant les eaux, provoquent de graves dégâts sur ouvrages: ponts détruits, vannes brisées. Un brèche de 35 mètres de long est ouverte en face du village de Capestang. Pendant deux mois, 6000 ouvriers construisent un ouvrage maçonné.

31 janvier 1767

Le canal est remis en navigation.

1768

Les états du Languedoc envisagent de racheter le canal du Midi aux descendants de Riquet.

1770

Pose de la première pierre du canal de Brienne par l'archevêque de Toulouse, Loménie de Brienne.

1770
- 1774

Pont du Sommail sur le canal du Midi par François Garipuy.

1776

Fin de la construction du canal de Brienne à Toulouse reliant la Garonne au canal du Midi au droit des Ponts-Jumeaux.

1776

Epanchoirs à siphon de Capestang et de Ventenac par Bertrand Garipuy.

1777
- 1787

Construction du canal de jonction au canal de la Roubine vers Narbonne par l'ingénieur François Garripuy. Réalisation du bassin réservoir du Lampy pour permettre une alimentation en eau supplémentaire et de l'épanchoir de Gaillousty sur le canal de jonction.

1787
- 1810

Construction d'un détournement du canal pour le faire passer par Carcassonne.

13 mai 1787
- 21 mai 1787

Thomas Jefferson, alors ambassadeur des États-unis à Paris, visite le canal du Midi pour «examiner de près les ouvrages du canal de Languedoc, afin de voir si de semblable liaison pourrait être aménagée en Amérique».

1793

La propriété exclusive de la famille Riquet est abolie.

1806

Intervention sur le pont-aqueduc de l'Hers par Jean-Polycarpe Maguès.

1808

Mise en service du canal de Beaucaire entre Sète et Beaucaire sur le Rhône de 97 km de long.

1810

La Compagnie Générale du canal du Midi est fondée, dont Napoléon Ier possède la majorité des parts.

1823

La famille Riquet récupère une partie de la propriété du canal.

1827
- 1836

Construction du port Saint-Sauveur par Jean-Polycarpe Maguès.

1834
- 1840

Construction des formes de radoub au port Saint-Sauveur de Toulouse par Urbain Maguès qui vient de succéder à son père.

1838
- 1852

Le canal est prolongé au-delà de Toulouse par le canal latéral à la Garonne.

1854

Construction du pont-canal de l'Orb par Urbain Maguès.

1858

La Compagnie de chemin de fer du Midi prend à bail le canal dont le trafic diminue.

1897

Rachat par l'État français du canal du midi aux héritiers de Pierre-Paul Riquet.

7 décembre 1996

Classé au Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Remarques

Plus grand barrage réservoir: réservoir de Saint-Ferréol = 5 millions de m3 permettant de recueillir les eaux de la Montagne Noire


Premier pont-canal: pont-canal de Répudre.

Premier tunnel pour un canal de navigation: tunnel de Malpas.

Prolongations:

  • canal de jonction au canal de la Robine,
  • canal du Rhône,
  • canal latéral à la Garonne

Seuil de Naurouze

Le seuil de Naurouze est un ouvrage dans l'ouvrage. C'est la solution du problème de l'amenée en quantité suffisante d'eau au point de partage des eaux qui conditionnait la réussite du projet.

Ouvrages au seuil de Naurouze:

  • arrivée de la rigole du canal du Midi,
  • bassin de Naurouze,
  • épanchoir de Naurouze vers le Fresquel,
  • déversoir de Naurouze (à la place de l'ancienne écluse de la Méditerranée)
  • écluse de l'Océan (à la place de l'ancienne écluse de Montferrand)
  • partage des eaux,
  • station de pompage de Naurouze,
  • obélisque Riquet.

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

Informations internes
Structure-ID: p0000077
Créée le 23.01.2002
Modifié le: 07.10.2013