• de
  • en
  • fr
  • Base de données internationale du patrimoine du génie civil

Cathédrale Saint-Etienne

Cathédrale Saint-Etienne, ToulouseFaçade occidentale.

Informations générales

Type de construction: Voûte en crosée d'ogives
Fonction / utilisation: Cathédrale
Etat: en service

Informations géographiques et ouvrages pertinent

Lieu: Toulouse, Haute-Garonne (31), Midi-Pyrénées, France, Europe

Informations techniques

Dimensions

largeur du clocher 6 m
choeur largeur 15 m
longueur 50 m
hauteur des voûtes du choeur 28 m
clocher hauteur 55 m
clocher-porche longueur 17.90 m
nef hauteur 19 m
longueur 19 m
rose ouest diamètre 6.76 m

Chronologie

415

Reliques de saint Etienne découvertes à Jérusalem.

5 avril 844

Un diplôme de Charles le Chauve lui confère des privilèges ainsi qu'à d'autres églises de Toulouse.

1073

L'évêque Isarn, aidé par le comte de Toulouse Guillaume IV, décide d'appliquer la réforme grégorienne.

1078

Début de la construction d'une nouvelle cathédrale. Il ne reste de cette cathédrale que des éléments du mur septentrional sous le clocher, des arcades ajourées côté intérieur de la façade, des chapiteaux réemployés et des sculptures du cloître – en particulier les apôtres de la salle capitulaire sculptés par Gilabertus – au musée des Augustins.

1154

Une charte de Louis VII la désigne comme seule cathédrale de Toulouse.

1209
- mai 1211

Reconstruction de la nef par le comte Raymond VI.

1217
- 1219

Interruption des travaux de la nef.

après 1229

Construction de la rose se la façade occidentale de la nef.

1271

La mort d'Alphonse de Poitiers, frère du roi de France Louis IX, entraîne l'annexion du comté de Toulouse dans le domaine royal.

1272

L'évêque Bertrand de l'Isle-Jourdain (1270-1286) fait construire le choeur de la cathédrale. Ce choeur est contemporain de celui de la cathédrale de Narbonne construit par Jean Deschamps. Il présente de nombreuses ressemblances avec lui.

1286

A la mort de Bertrand de l'Isle-Jourdain, le rond-point du choeur est terminé jusqu'à 20 m de hauteur et couvert car un maître autel y est établi.

1317

Le démembrement du diocèse – création des diocèses de Lavaur, Condom – réduit de près de 80% les ressources financières du chapitre pour la construction de la cathédrale. L'évêché de Toulouse est élevé au rang d'archevêché.

ca. 1340

Achèvement du côté sud du choeur: les chapelles, le déambulatoire et collatéral ont leur voûtement.

ca. 1438

Les archevêques Denis Du Moulin (1423-1439) et Pierre Du Moulin (1439-1451) ont faits posés les vitraux les représentant avec le roi Charles VII et son fils, le futur Louis XI.

ca. 1450

L'archevêque Pierre du Moulin fait construire le grand portail de la nef.

ca. 1470

L'archevêque Bernard du Rosier (1451-1475) agrandit le choeur, vers le nord-ouest, d'une travée de collatéral et d'une seizième chapelle. Construction de la chapelle de l'Agonie au sud de la nef.
Au-dessus de l'entrée occidentale du choeur il fait placer des orgues.
Le projet de reconstruire une cathédrale gothique est alors abandonné.

1518

L'architecte J. L'originalité construit la grande sacristie du choeur.

1531

Fin de la construction du clocher à l'angle nord-ouest de la nef qui englobe et est construit sur la base du clocher vieux de la cathédrale d'Isarn et sur le clocher de la nef de raymond VI.

avant 1533

L'archevêque Jean d'Orléans fait prolonger d'une travée le collatéral sud avec une chapelle supplémentaire. La dernière pile, dite pile d'Orléans, a un diamètre important car est l'amorce de la croisée d'un transept qui ne fut qu'en partie construit.

1555

Construction d'une chapelle carrée côté nord de la nef en remplacement d'une chapelle plus ancienne dédiée à saint Dominique.

30 août 1592

Le cardinal de Joyeuse procède à la dédicace de l'église et à la consécration de l'autel majeur. Le choeur est toujours couvert d'une toiture provisoire.

9 décembre 1609
- 10 décembre 1609

Dans la nuit, le feu prend dans une chapelle. Il se propage aux combles du choeur. La couverture du choeur est détruite ainsi que le mobilier et les objets liturgiques.

1610

L'architecte Pierre Levesville rehausse les murs et les contreforts puis voûte le choeur sans atteindre la hauteur prévue au 13ème siècle (37 m). Il installe le nouvel autel et construit la console de pierre destinée à supporter l'orgue.
Antoine Lefèbvre conçoit l'orgue. Les vitraux des fenêtres hautes sont créés.

1610
- 1613

Les chanoines commandent à Pierre Monge le dessin de nouvelles stalles qui sont réalisées par les menuisiers Antoine Morizot et Louis Behorri.

1667
- 1670

Réalisation du grand retable de la lapidation de saint Etienne est réalisé par l'architecte Pierre Mercier et le sculpteur Gervais Drouet.

1727

Les statues des Évangélistes du grand retable sont refaites par le sculpteur Marc Arcis.

1767

Pose des grilles de fer forgé qui ferment le rond-point du choeur à l'est. Elles ont été réalisés par Bernard Ortet.

1793

La cathédrale est vidée de son mobilier et transformée en temple de la Raison.

1802

La cathédrale est définitivement rendue au culte après le Concordat.

1812

Démolition du cloître de la cathédrale.

1839

A. Du l'espace propose de rétablir l'état ancien – avant l'introduction du mauvais goût du 18ème siècle.

1842
- 1847

L'architecte A. Virebent restaure la chapelle des reliques.

1848
- 1868

L'architecte diocésain J.-J. Esquié, disciple de Félix Duban et Eugène Viollet-le-Duc, restaure plusieurs chapelles du choeur en s'inspirant des méthodes utilisées pour la Sainte-Chapelle de Paris.

1851
- 1857

J.-J. Esquié dirige la restauration de la chapelle du Sacré-Cœur avec un décor peint par A. Denuelle et des vitraux néo-médiévaux dessinés par E. Lami de Nozan et réalisés par Lartigue.
Il rétablit la terrasse et son garde-corps flamboyant sur la grande sacristie.

1864

Plusieurs projets sont faits dont celui de L. Petit proposant de terminer la cathédrale gothique en rasant la nef raymondine.

1911

L'architecte en chef des Monuments historiques Saint-Anne Louzier adopte une solution de compromis en proposant de construire une façade nord du transept néo-gothique avec un collatéral longeant la nef.

1914
- 1920

Démolition de plusieurs parties anciennes de la cathédrale: chapelle du Purgatoire, croisillon nord du transept, angle nord-est du massif occidental roman.

1937

Fin de la construction de la façade nord du transept prévu par Saint-Anne Louzier. Le collatéral prévu le long de la nef n'a pas été construit.

ca. 1952

L'architecte L.-J. Hulot assure la restauration du clocher.

après 1960

L'architecte Sylvain Stym-Popper remet en état le flanc nord de la nef.

1979

Restauration des parties hautes du choeur par l'architecte Y. Boiret.

1990

Restauration des contreforts et arcs-boutants par l'architecte B. Voinchet.

Intervenants

Architecture

Sites Internet pertinents

Publications pertinentes

Informations internes
Structure-ID: s0009756
Créée le 01.08.2003
Modifié le: 23.07.2014